Le poumon caché du cœlacanthe, par Nathaniel Herzberg

Coelacanthe pêché en 2001 par un pêcheur kenyan (SIMON MAINA / AFP

Coelacanthe pêché en 2001 par un pêcheur kenyan (SIMON MAINA / AFP)

Un poumon caché dans son organe de flottabilité. Voilà donc la dernière surprise que le cœlacanthe a réservé aux scientifiques. Une équipe franco-brésilienne a publié dans Nature Communications, mardi 15 septembre, une vaste étude qui conclut que l’impressionnant animal des grands fonds conserve un vestige de cet organe respiratoire, habituellement absent chez les poissons. Mieux : par l’étude de spécimens à différents stades du développement embryonnaire et la comparaison avec de très anciens fossiles, elle est parvenue à reconstruire l’évolution de cet incroyable animal.

Pour lire la suite de l’article : Le Monde
Cette entrée a été publiée dans Brèves, Brèves Septembre 2015, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.