Les temps phares de la cryptozoologie en 2015

Les temps phares de la cryptozoologie en 2015

Voici une compilation des dix événements marquants, victoires ou aléas, de la cryptozoologie au cours de l’année passée, d’après Loren Coleman

Bigfoot et les bouffonneries

En 2015, Bigfoot a refait la une des journaux et de la télévision.

La plupart des incidents, cependant, n’impliquaient que des animaux bien connus, quand ils n’étaient pas le simple fait de plaisantins ou de simples erreurs.

En janvier et février 2015, une photographie de Bigfoot à la barbe blanche dans un marécage de Floride s’est révélé n’être qu’un canular élaboré.

Yellostone Bigfoot family

« Bigfoot » filmé au Yellowstone

Le « Bigfoot » filmé dans un parc enneigé de New-York, tout comme celui repéré dans une forêt de Russie, ressemblaient plutôt à des hommes déguisés, tandis qu’un autre Bigfoot, filmé dans le parc National de Yellowstone, n’était autre que des randonneurs aperçus de loin.

L’explosion des témoignages sur le Loch Ness et autres montres lacustres

L’année 2015 a été celle des monstres d’eau douce.

En avril 2015, Google Street View annonçait le lancement d’une fonctionnalité permettant aux internautes de chercher le monstre du Loch Ness depuis plusieurs endroits situés autour du loch.

En parallèle, la société de croisières Jacobite Cruises lançait un appel pour remplacer l’animal national, la licorne, par le monstre du Loch Ness.

££-£50-Steve-Feltham-300x199Le chercheur Steve Feltham (ci-contre), qui vit sur les rives du loch depuis 24 ans, a semblé quant à lui se lasser de la quête: en juillet 2015, il déclara que le fameux monstre était probablement un simple silure glane, une espèce de poisson d’eau douce.

Le 4 septembre 2015, un monstre lacustre à six bosses aurait été observé par Martin Kasindorf et sa femme dans les eaux du réservoir Harriman, dans le Vermont. Kasindorf révoqua l’hypothèse des « loutres en file indienne » évoquée pour expliquer le phénomène, précisant que les bosses et le corps s’étaient enfoncés dans l’eau d’un même mouvement.

Le Daily Mail du 7 décembre 2015 rapportait les propos de Gary Campbell, responsable du Registre officiel des témoignages sur les monstre du Loch Ness, qui affirmait que les témoignages sur le monstre étaient au plus haut depuis cinq ans, avec cinq témoignages visuels non élucidés en 2015.

Le 21 décembre 2015, deux témoins, dont un garde forestier de 42 ans, Ted Hill, ont affirmé avoir observé dans les eaux du lac Norman, en Caroline du Nord, une créature ressemblant à Nessie et mesurant environ 3,5m de long en train de manger un canard.

La complainte de l’homme-lézard

24112710-300x168« L’homme-lézard » du comté de Lee en Caroline du Sud, évoqué pour la première fois dans le marécage de Scape Ore en 1988 avec le témoignage désormais célèbre de Christopher Davis, a refait surface.

En mai 2015, une nouvelle vidéo de l’homme-lézard, filmée par un chasseur local, a été révélée.

La vidéo ressemble à un montage, et l’auteur a préféré garder l’anonymat…

Les Talibans freinent la quête du yéti

Tout au long de l’année 2015, des traces d’empreintes de yéti ont été découvertes de la Sibérie au Népal.

reinhold-messner-apa-pd-300x225En août 2015, une expédition prévue au nord du Pakistan, menée par l’alpiniste Reinhold Messner (ci-contre), dut être annulée, les risques d’attaques par les Talibans étant jugés trop grands.

Bien que l’expédition ait été secrète, Messner décida de l’annuler après que des médias autrichiens eurent laissé filtrer l’information.

L’objectif de l’expédition était d’explorer la théorie avancée par le généticien Bryan Sykes, de l’université d’Oxford, selon laquelle le yéti serait un hybride d’ours brun et d’ours polaire.

L’évasive créature de Corfu

LOCH-670x418-300x143Durant l’automne 2015, l’histoire d’un supposé « monstre marin » photographié au large de l’île de Corfu près des côtes grecques fut largement relayée par les réseaux sociaux.

L’auteur de la photo était un touriste britannique de 52 ans, Harvey Robertson, qui avait pris le cliché lors d’une excursion en bateau. Robertson s’abstint de tout commentaire, mais la photo fit rapidement le tour des réseaux, suscitant nombre de théories.

Le monstre a rapidement été identifié par plusieurs sources, dont Darren Naish, comme étant une simple bouée destinée à servir d’amorti aux bateaux amarrés.

CS-R9_VXAAA6CRw-300x188Ci-contre, une photographie des « monstres » de Corfu en pleins ébats amoureux (les cyptozoologistes aussi ont le sens de l’humour!).

 Le douteux homme-phalène d’Asie

actualfigurinemothman1-268x300Des créatures mi-homme, mi-papillon de nuit auraient-elles étaient aperçues en 2015 en Asie? Ou s’agissait-il d’un de ces témoignages fantaisistes auxquels les territoires exotiques se prêtent si bien?

En août 2015, un certain « Fergus Thomas », professeur de géographie, affirma avoir aperçu à Singapour une créature mi-homme, mi-phalène dans une maison abandonnée d’Istana Woodneuk. Un mois plus tard, il soutenait dans Cryptozoology News avoir découvert « deux bébés hommes-phalènes » dans la même zone.

Le même site avait déjà rapporté, deux semaines avant le témoignage de Thomas, qu’une certaine Alice Yimdale, 54 ans, avait affirmé avoir aperçu une créature ressemblant à « un grand homme ailé » dans une maison abandonnée de Singapour.

Le 8 septembre 2015, Lea Foo, 27 ans, aurait aperçu un cryptide s’apparentant à une personne avec « des ailes de chauves-souris » dans le quartier résidentiel de Bukit Tunku, à Kuala Lumpur en Malaysie.

Info ou intox?

Les affirmations émanant de nouveaux sites d’informations sont notoirement difficiles à vérifier.

Dans son essai  “The Illusion of Facticity in Unknown Animal Reports,” Sharon Hill s’attaque à démontrer le manque de fiabilité de ce genre de témoignages.

Un conseil judicieux: je crois également que la source d’un témoignage doit toujours être prise en compte.

 Les grands noms de la communauté Bigfoot à l’honneur

Sachant que l’étude du Sasquatch et les expéditions Bigfoot remontent déjà à la fin des années 1950, il est normal que certaines des grandes figures du genre commencent à s’éteindre.

Nos chances de pouvoir les rencontrer et les interviewer s’amenuisent à vitesse grand V.

Les conférences ayant le privilège de leur présence se font rares.

CSR1eDqVEAARhnxDe fait, lorsqu’un de ces grands noms apparaît, comme le fit Smokey Crabtree au Boggy Creek Festival, pour symboliquement enterrer la hache de guerre avec Bigfoot (photo ci-contre), c’est une occasion de photo qui ne se représentera plus.

Plusieurs figures marquantes de Bigfoot et de la cryptozoologie ont disparu en 2015

(NNS3-JAN9) Ray Crowe compares a Bigfoot cast print (l) that he considers authentic with one faked by Ray Wallace in the woodlands of Humboldt County, Calif. SEE ``BIGFOOT-DIEHARDS'' (Newhouse), transmitted Jan. 9. (Photo by Doug Beghtel)

(NNS3-JAN9) Ray Crowe compares a Bigfoot cast print (l) that he considers authentic with one faked by Ray Wallace in the woodlands of Humboldt County, Calif. SEE « BIGFOOT-DIEHARDS » (Newhouse), transmitted Jan. 9. (Photo by Doug Beghtel)

Ray Crowe (photo), le révéré éditeur de Track Record et fondateur de la Bigfoot Society, nous a quittés à l’âge de 77 ans à Albany, dans l’Oregon.

Nombreux sont ceux qui s’en souviennent avec affection. C’est à lui que l’on doit la rapide évolution sociale de l’étude de Bigfoot grâce à la création de conférences, de clubs et de groupe dédiés.

D’autres figures marquantes sont décédées, dont Dennis Jensen et Rob Riggs.

L’un des plus importants patrons de la communauté des chercheurs sur leBigfoot a enfin gagné une reconnaissance publique en 2015.

Tom Page, le millionnaire qui a soutenu les expéditions de Roger Patterson et Peter Byrne à la fin des années 1960 et au début des années 1970, a été honoré par Marc Dewerth lors de la conférence Bigfoot dans l’Ohio en mai 2015.

De nouvelles espèces découvertes

Mais à quoi pense donc George Cuvier?

Mais à quoi pense donc George Cuvier?

En 1812, le baron Georges Cuvier, un naturaliste et zoologiste français, énonça ce que Bernard Heuvelmans qualiferait plus tard de « maxime présomptueuse ».

Cuvier avait affirmé qu’il était improbable que des animaux de grande taille demeurent encore inconnus. Il se trompait. Tapirus indicus, le tapir indien (aussi appelé tapir de Malaisie ou tapir à dos blanc) est bien connu des cryptozoologues pour être la première « nouvelle espèce » à avoir été décrite après la malheureuse affirmation de Cuvier.

Même si les populations locales de Chine et du Japon connaissaient le tapir « depuis des temps immémoriaux », Cuvier refusait d’accorder foi aux récits d’expéditions.

Ainsi le tapir demeura ignoré de l’Occident jusqu’à ce que la Société Asiatique en présente un spécimen et décrive l’espèce en 1819.

Aujourd’hui encore, en 2015, on continue de découvrir de nouvelles espèces, comme l’attestent les exemples ci-dessous.

Découverte d’un nouveau primate

CWKcO5BXIAAekrk-300x274Le singe titi brun d’Urubamba (Callicebus urubambensis), découvert en 2015 au Pérou, a été identifié comme étant une espèce nouvelle.

Un nouveau rongeur: le rat au nez plat

Photographie: Kevin C. Rowe, Conservateur en chef des mammifères au Museum Victoria

hog-nosed-rat-300x197Cette nouvelle espèce (Hyorhinomys stuempkei) est un rongeur élusif vivant sur l’île de Sulawesi en Indonésie.

« Je n’avais jamais vu un museau comme celui-ci », s’enthousiasme Jacob Esselstyn, conservateur de la section mammifères au Musée des Sciences Naturelles de la Louisiana State University, cité dans Live Science en Octobre 2015. “Dès que je l’ai sorti du piège, j’ai su immédiatement qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce. »

Un nouveau canidé: le loup doré africain

Koepfli et al_Graphical abstract_June 22 2015.pptxUn article publié dans la revue Current Biology en août 2015 annonçait que le loup doré d’Afrique (Canis anthus), qu’on trouve en Afrique et en Asie, était bien une nouvelle espèce.

Cette découverte de 2015 marque la première identification d’une nouvelle espèce canine depuis 150 ans.

L’animal, depuis longtemps connu des populations locales, était jusque-là considéré comme une sous-espèce du chacal doré.

Des analyses ADN ont récemment révélé qu’il s’agissait en fait d’une espèce distincte.

Une nouvelle espèce de tortue des Galapagos

22TORTOISE2-master1050-300x168En octobre 2015, pour la première fois depuis un siècle, des scientifiques rapportaient avoir découvert une nouvelle espèce de tortue des Galapagos, ces géants de l’archipel du Pacifique qui ont inspiré à Darwin sa théorie de l’évolution.

C’est l’analyse du code génétique de l’ADN qui a permis aux chercheurs de découvrir que l’espèce Chelonoidis porteri , native de l’île de Santa Cruz, avait en fait engendré « deux lignées distinctes d’un point de vue évolutif et spatial ».

La série Finding Bigfoot fait des petits

Finding_bigfootEn 2015, la série documentaire Finding Bigfoot de la chaîne Animal Planet a achevé sa huitième saison sur d’excellentes audiences, malgré des incertitudes sur l’avenir du programme.

Succès oblige, elle a aussi été reprise et imitée, pour le meilleur et pour le pire.

Les séries documentaires telles que Monsters and Mysteries in America ou Finding Bigfoot avaient récolté d’authentiques témoignages de témoins.

La chaîne Destination America diffusait, pour sa part, des archives de Bigfoot jusque-là inédites.

D’autres exemples moins glorieux ont suivi, dont les farfelus Swamp Monsters, Mountain Monsters et Monsters Underground. Le plus navrant d’entre eux, Killing Bigfoot, allait jusqu’à promouvoir la chasse à l’arme à feu.

En 2015, Finding Bigfoot a rendu visite à des Etats encore inexplorés par l’émission, dont le Maine, où l’équipe devait visiter le Musée International de Cryptozoologie pour la première fois.

Côté documentaires, on notera l’apparition sur les chaînes du câble de films indépendants sur Bigfoot et la cryptzoologie en général.

En 2015, la chaîne Destination America a notamment diffusé des versions remaniées de The Bridgewater Triangle et Cryptotrip.

La compagnie de production Small Town Monsters a également sorti au printemps 2015 son premier opus dans une nouvelle séries de film sur Bigfoot et la cryptozoologie, Minerva Monster.

Leur prochain documentaire, Beast of Whitehall, a entamé sa phase de pré-production fin 2015.

Minerva Monster, Something In The Woods ainsi que d’autres documentaires ont été diffusées lors de plusieurs événements en 2015, notamment la Ohio Bigfoot Conference et le Boggy Creek

Le Musée International de Cryptozoologie fait peau neuve

L’unique musée sur la cryptozoologie au monde, qui entame sa treizième année d’existence, a été régulièrement cité dans les listes des meilleurs musées en 2015.

Il a exposé durant une partie de l’année le fameux Homme de glace du Minnesota, normalement exposé au Musée de l’Etrange à Austin, au Texas.

Le musée a aussi activement contribué à l’organisation de la première Conférence Internationale de Cryptozoologie, qui s’est tenue en Floride en janvier 2016. ( Ceci n’est pas exact : notamment il y en a eu une à Paris dans les années 80 et à Rome en 1999)

L’année 2015 a aussi marqué un tournant dans l’histoire du musée.

Le bail de la résidence du Maine qui abritait le musée parvenant à échéance en 2016, la situation du musée a due être reconsidérée.

La décision de le relocaliser à Portland dans un nouveau développement a été facilitée par les problèmes présentés par l’ancien emplacement du musée, notamment l’absence de parking.

Une campagne de financement participatif a été lancée pour la construction du nouveau musée.

Les fonds serviront également à éponger le coût de l’opération de relocalisation, et à la création de soutien fiscal au-delà de la première année d’ouverture.

Le nouveau musée, quoique manquant un peu d’allure, est une modeste tentative de diversifier l’espace, de mettre en valeur les objets exposés à travers un espace dédié, et de maximiser les atouts en notre possession.

Le dessin ci-dessus représente le modèle architectural du nouveau musée.

Le dessin ci-dessus représente le modèle architectural du nouveau musée.

 

Une sculpture de yéti, prévue pour mesurer entre 3,5 et 4,5m de hauteur, sera installée sur la face sud du musée, comme sur la réplique ci-dessous:

ICM-Mini1-1024x479

Merci à tous ceux qui soutiennent la cryptozoologie, et contribuent à l’avancement de la discipline et la découverte de nouvelles espèces.

 

 

Cette entrée a été publiée dans Brèves 2015, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.