Sasquatch 2016 : Une (re)découverte majeure

Sasquatch 2016 : Une (re)découverte majeure

Nous voilà arrivés au terme de cette aventure, mais le meilleur reste à venir, comme on dit….

22-05 : Jour de repos

La forêt

La forêt

Cette nuit j’ai fait un rêve horrible.

Je rentrais chez moi après l’expédition et je ne voyais que 2 de mes 3 chats pour m’accueillir, Chakira et Fleur. Mon père, pourtant décédé depuis plus de vingt ans, m’annonce que mon plus jeune chat, P’tit Mec, est mort.

Une immense vague d’inquiétude m’envahit et…je me réveille tout secoué, si retourné que j’envoie un sms à mon frère qui me rassure immédiatement : mes trois chats se portent à merveille.

N’empêche ! ce rêve m’a bouleversé ; je décide de m’octroyer une journée de repos et d’en profiter pour mettre mes notes à jour et de vérifier mes e-mails.

Il y a un Starbuck’s Café dans la localité la plus proche. Il possède une connexion wi-fi gratuite, plus rapide que celle du McDo local qui, elle, rame.

23-05 : Une (re)découverte

Je repars à la recherche de la zone que j’avais découverte l’an passé et que j’avais baptisée « L’Atelier » ou « le Sanctuaire ». Il faudrait en fait la rebaptiser « Sasquatchland 2 », puisque la zone que nous avions découverte en 2008 a été visiblement abandonnée.

Je gare mon 4×4 à l’endroit habituel et décide d’aller nettoyer les rives de l’étang-à-castors des canettes de bières et des bouteilles en plastique que des indélicats ont abandonné ce w-e. Bien sûr je me suis muni d’un sac poubelle.

Je sais que ces canettes et bouteilles feront plaisir à Greg, un sdf qui entretien le campground pour le compte du gestionnaire.

Canettes et bouteilles plastiques sont consignées en Colombie Britannique, comme dans plusieurs Etats aux USA. Il serait d’ailleurs temps qu’elles le soient aussi chez nous, cela éviterait peut-être que des indélicats les balancent dans les fossés une fois vidées.

Ainsi grâce aux quelques dollars qu’il en tirera, Greg pourra s’acheter un café ou un paquet de tabac.

Sur le chemin du retour vers mon véhicule je croise le 4X4 du Département d’Incendie des Forêts.

Nous bavardons quelques minutes. Je lui confirme que le feu des campeurs est éteint (il faut toujours craindre un possible incendie dû à la négligence). Je me « plains » de l’incurie de gens qui vandalisent de si beaux lieux.

A-t-il déjà vu un Européen prendre la peine devenir faire le ménage dans les forêts canadiennes ?  Cela ne doit pas être courant.

Cette fois je me fie à mon gps où j’avais noté les coordonnées exactes.

Vais-je retrouver la même configuration, y aura-t-il de nouvelles structures ou le site est-il lui aussi abandonné ?

Je gravis le tracé de l’ancien chemin envahi par les herbes.

Empreinte possible de Sasquatch

Empreinte possible de Sasquatch

J’examine ce qui pourrait être une empreinte de pied. Soudain devant moi dans les buissons à quelques mètres, éclate un sifflement ressemblant vaguement à un hululement mais avec quelque chose d’humain. Je ne connais pas de chouette ou de hibou américains produisant ce cri. Il se répète 5-6 fois puis se tait.

J’effectue tous les relevés et prélèvements sur la possible empreinte avant de poursuivre ma montée vers « Sasquatchland 2 ».

Et comme la première fois, je débouche sur cette formidable aire que j’avais un temps baptisée « l’Atelier » ou « le Sanctuaire ».

structure (vue d'ensemble)

Structure (vue d’ensemble)

Tout y est !  comme l’année passée lors de sa découverte !

Structure (détail)

Structure (détail)

Je prends donc le plus de photos possibles. Cependant je regrette ne pas avoir un grand angle suffisant pour embrasser toute la zone en une fois.

Je découvre aussi des souches pourries qui ont visiblement été visitées par quoi : un ours, un porc-épic ou un sasquatch ?

Et surtout j’entends le son d’une rivière et je découvre que celle-ci coule au fond d’un ravin.

[video src="http://www.cryptozoologia.eu/wp-content/uploads/2016/08/la-creek-1b.mp4" /]

On peut y accéder par un sentier assez abrupte mais praticable pour un être humain.

Je décide de descendre prudemment en me tenant aux arbres à ma portée afin d’éviter un accident dont les conséquences pourraient être dramatiques. Ici personne ne viendra me chercher.

Arrivé sur la berge du ruisseau, je constate que l’on peut le traverser à gué et que de l’autre côté le sentier grimpe le coteau opposé.

Hélas, l’après-midi avance et je ne sais pas où il me mènerait.

Je décide donc de faire demi-tour et de reporter cette exploration quand je reviendrai, soit encore cette année soit en 2017 ; mais j’ai bien envie de revenir avant le printemps 2017, car cette zone m’intrigue vraiment.

Au moment où je rédige ces lignes, j’ai pris la décision de retourner enquêter du 25 août au 01 septembre 2016, donc dans environ un mois.

 (J’espère que vous viendrez avec moi pour vivre cette aventure extraordinaire. Renseignez-vous et inscrivez maintenant ici

Demain sera le jour du démontage du camp et les jours qui suivront seront consacrés au retour vers l’Europe.

Ainsi se termine « Sasquatch 2016 », du moins la première partie.

Réagissez dans les commentaires ci-dessous à cet aventure !

 

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Activités, Expéditions, Sasquatch Expeditions, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.