Un Belge découvre une nouvelle espèce d’oiseau: le Myzomèle de Rote

Un Belge découvre une nouvelle espèce d’oiseau: le Myzomèle de Rote

Myzomela irianawidodoae

Myzomela irianawidodoae – © Philippe Verbele

Tout d’abord mes excuses pour avoir oublié de noter dans ma liste de nouveau-venus en 2017 la nouvelle espèce de pieuvre géante du Pacifique, peut-être parce qu’elle est la toute dernière arrivée dans la liste.

Qu’elle m’en excuse si jamais elle lit la liste! (Cela dit, cela m’étonnerait quand même!)

Bien… Revenons à cette nouvelle fantastique qui ouvre l’année : la découverte du Myzomèle de Rote en Indonésie par un Belge (Cocorico!!!).

Si je ne me trompe, c’est la seconde espèce d’oiseau découverte par un de nos compatriotes. En effet la découverte de la Sitelle kabyle (Sitta ledanti) en Algérie est due à Jean-Paul Ledant, naturaliste amateur belge qui a découvert l’oiseau en 

Quant au Myzomèle de Rote voici ce qu’on trouve dans la presse, ici en l’occurrence la RTBF (Radio Télévision Belge Francophone) :

« Le myzomèle de Rote est une nouvelle espèce de passereau. Elle vient d’être reconnue par la communauté scientifique. Noir au col rouge vif, cet oiseau répond au doux nom de « Honeyeater » en anglais. C’est un Belge passionné d’oiseau qui l’a découvert.

« En 2009, j’ai pris une année sabbatique, explique Philippe Verbelen. Je suis allé en congé en Indonésie pour enregistrer des oiseaux. Sur l’île de Rote, j’ai enregistré le chant d’un myzomèle différent de ceux qu’on trouve sur les îles voisines. J’ai cherché l’aide de chercheurs de Singapour qui ont capturé l’oiseau et ont confirmé que c’est une nouvelle espèce. »

Philippe Verbelen est très fier de sa découverte : « Quand on est passionné d’oiseaux, découvrir une nouvelle espèce arrive rarement. Ça me donne donc une grande satisfaction« .

« Une forêt très menacée« 

Le Gantois, qui est par ailleurs expert Forêt chez Greenpeace voit plus loin. « Il y a aussi l’espoir que, avec cette découverte, je puisse contribuer à la protection de la forêt indonésienne, car c’est une forêt très menacée. Il y a beaucoup de déforestation là-bas. Et je crois qu’avec une bonne nouvelle de temps en temps, les gens peuvent réaliser que ces forêts ont une grande valeur écologique, que nous avons encore beaucoup de choses à découvrir. »

L’ornithophile est persuadé que cet oiseau existe uniquement sur l’île de Rote. Selon lui, il en existerait plusieurs milliers d’individus. « 

Et sur le site des Médias de Bruxelles :

Une nouvelle espèce de passereau vient d’être officiellement reconnue par la communauté scientifique et ce grâce aux observations effectuées en Indonésie par un ornithophile belge qui travaille par ailleurs comme expert Forêt chez Greenpeace, indique mercredi l’organisation de défense de l’environnement dans un communiqué. L’espèce nouvellement identifiée répond au doux nom de Myzomela irianawidodoae, soit le Myzomèle de Rote (ou d’Iriana Widodo) en français. “Je suis parti en voyage en Indonésie en 2009 avec le but d’enregistrer des cris de hiboux peu connus. Durant ce séjour sur l’île de Rote (Petites Iles de la Sonde, ndlr), j’ai la chance d’observer et surtout d’entendre un beau passereau à col rouge. Cet oiseau (un espèce de Myzomèle) coloré avait déjà été répertorié une seule fois auparavant sur la même île par l’ornithologue Ron Johnstone en 1990”, explique Philippe Verbelen de Greenpeace.

Mais contrairement à ce que pensait l’ornithologue australien, ce passereau aux couleurs rouge et noire n’était en rien similaire à celui vivant sur l’île voisine de Sumba, poursuit l’ornitophile belge. “En écoutant les enregistrements audios que j’ai réalisés en 2009, j’ai remarqué que son chant était fort différent de celui de son voisin de Sumba et de ses cousins australiens. Je suis alors retourné à Rote et à Sumba en 2014 pour prendre plus de photos et faire de nouveaux enregistrements du chant de l’oiseau”, ajoute-t-il.

En 2015, une équipe de scientifiques indonésiens du LIPI (l’Institut scientifique indonésien) et de l’université de Singapour a fait de même et a détaillé, en outre, sa coloration et sa morphologie.

Ce contenu a été publié dans Brèves, Brèves 2018, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.