Quoi de neuf sur la Planète Crypto?

Quoi de neuf sur la Planète Crypto?

Animal marinAlors que nous nous débattions dans les différentes difficultés pour ne pas vous priver de colloque cette année et mettre en place un colloque virtuel malgré l’annulation de sa version en live à Dinant, la Planète Crypto a continué à tourner.

 

Nessie n’avait finalement rien à voir avec le monstre marin échoué en Géorgie

Le Wolf Island National Wildlife Refuge s’est retrouvé au centre de toutes les attentions en début d’année lorsqu’un monstre marin à l’allure inquiétante a été retrouvé sur une plage de Géorgie. La créature ressemblait en effet étrangement au monstre du Loch Ness.

Animal marin

L’affaire remonte au mois de mars. En se promenant dans Wolf Island, une réserve nationale située dans l’état de Géorgie, un homme et son fils ont aperçu une forme au loin.En se rapprochant de la tâche, les deux promeneurs ont alors eu la surprise de se retrouver face à une créature dotée d’un long cou, une créature faisant inévitablement penser à un plésiosaure.

Mais au final l’affaire va se dégonfler comme un ballon de baudruche.

Lisez comment ici

La chasse au félin tacheté n’a rien donné à Landéa

Ce samedi, cinq patrouilles de gendarmerie ont sillonné Landéda (Finistère) à la recherche d’un mystérieux félin tacheté. En vain.

L’alerte a été donnée en début d’après-midi, ce samedi 1er septembre. Un habitant de Landéda (Finistère), près de Brest, est persuadé d’avoir vu un félin tacheté. « Nous n’avons pris aucun risque, résume Fabien Milliasseau, commandant de la compagnie de gendarmerie de Brest. Durant tout l’après-midi, cinq patrouilles ont sillonné le secteur, à pied et en voiture. »

En vain. Seul indice, un cadavre de poule qui pourrait laisser croire que l’animal recherché serait plutôt un renard ou un chien. Néanmoins, la vigilance reste de mise.

Vosges : les gendarmes sont à la recherche d’un « félin noir »

Une dizaine de gendarmes a été mobilisée afin d’identifier et de retrouver, samedi, un «félin noir». L’animal a été signalé par un habitant d’Etival-Clairefontaine dans les Vosges.

Le félin semblerait nettement plus gros qu’un chat.

En début de matinée, les forces de l’ordre ont pu visionner une vidéo tournée par un témoin. Aucune disparition n’a été signalée par les cirques ni les parcs animaliers.

De son côté, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage a été avisé et procède actuellement à des vérifications. Il est néanmoins demandé aux promeneurs d’éviter cette zone.

Ce n’est pas la première fois qu’en France des félins aux allures d’animal sauvage sont signalés. Dans la majorité des cas, il s’agissait de gros chats.

Une nouvelle espèce de poisson au corps gélatineux découverte dans les profondeurs

On ne peut pas dire que c’est de la cryptozoologie au sens propre puisque cet animal a été découvert fortuitement et non après une lente recherche d’indices et de témoignages.

La nouvelle est publiée sur le site de CNEWS

Transparents, sans écailles ni arêtes (Ah bon? alors ce n’est pas un poisson. ND cryptozoologia), le corps presque entièrement gélatineux, la description de cette nouvelle espèce de poisson, baptisée «poissons-limaces», n’est pas très ragoûtante.

Les caméras des scientifiques à l’origine de la découverte ont repéré les animaux à 7.500 mètres de profondeur, dans la fosse d’Atacama, au large du Chili. Leur nombre important a surpris les chercheurs, qui ne s’attendaient pas à trouver autant de vie dans ces conditions si particulières.

Longues de vingt à vingt-cinq centimètres, les créatures sont translucides et sans squelette. Des caractéristiques permettant de résister au froid de l’eau (à peine 2°C) et à l’énorme pression de ces profondeurs («l’équivalent de 800 kilos sur votre petit doigt», illustre Alan Jamieson, chercheur en écologie marine à l’université de Newcastle).

«Les éléments les plus durs de leur constitution sont les os de leur oreille interne et leurs dents», précise un autre scientifique. «Leur corps est très fragile et fond s’il est ramené à la surface». Formé presque exclusivement de matière gélatineuse, ce «poisson-limace» – comme il est provisoirement appelé – mourrait s’il la pression extrême ne le maintenait pas en un seul morceau. Trois cents variétés de ces poissons ont déjà été recensées.

That’s all, folks, for today!

Ce contenu a été publié dans Brèves, Brèves 2018, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.