Dmitri Bayanov est décédé ce 28 mai 2020 à 88 ans

DmitriLe célèbre hominologue russe Dmitri Bayanovest décédé ce 28 mai 2020 à l’âge de 88 ans.

Dmitri Yurevich Bayanov est né le 18 mars 1932 à Moscou, en Russie.
Bayanov a émis l’hypothèse que la découverte d’hominidés reliques ne serait en fait que la redécouverte des hominoïdes nommé par Linné Homo troglodytes et Homo sylvestris.

Bayanov était directeur scientifique du Centre International d’Hominologie.

Sa carrière cryptozoologique s’est concentrée principalement sur l’étude des populations  d’hominidés reliques, dont notamment l’Almas, l’Almasty et le Sasquatch américain.

Bayanov a obtenu en 1955 un diplôme en lettres et littérature et a d’abord embrassé une carrière d’enseignant avant de devenir traducteur russe-anglais.

Après avoir étudié auprès de personnes telles que les professeurs B.F.Porshnev et P.P. Smolin, conservateur en chef du musée Darwin à Moscou, Bayanov a participé à l’expédition de Marie-Jeanne Koffmann à la recherche de l’Almasty dans les montagnes du Caucase. Il a par la suite effectué lui-même plusieurs voyages de reconnaissance dans la même région.

Dmitri Bayanov a été membre actif du Relict Hominoid Research Seminar au Darwin Museum, jusqu’à sa mort. Son implication dans le groupe a débuté en 1964 avant d’en devenuir le président en 1975. Il a également été membre fondateur du conseil d’administration de l’International Society of Cryptozoology en 1982 et a siégé au conseil d’administration jusqu’en 1992.

Bayanov est l’inventeur des termes hominologie et hominologue au début des années 1970 pour décrire l’étude spécifique des hominoïdes inconnus et de ceux qui les étudient. Bayanov lui-même a spécifié que l’hominologie était une branche de la primatologie, fondée au milieu du 20e siècle dans le« no man’s land » de la science qui existait alors dans l’espace entre la zoologie et l’anthropologie.

Il faisait partie des chercheurs qui ont déclaré l’authenticité du le film Patterson / Gimlin  après l’avoir analysé en détail au début des années 70.

Il a écrit plusieurs ouvrages dont la plupart n’ont pas été traduits en français :

Footsteps Snowman

et sa traduction en français

image4 copy

image3

image2-2 copy 2

image4

image2-2 copy

Ce contenu a été publié dans Brèves, Brèves 2020, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.