Quoi de neuf sur la Planète Crypto : Tigre de Tasmanie en couleur, Ibis rouge touriste

Des images colorisées du tigre de Tasmanie

Le dernier tigre de Tasmanie "revit" à travers une vidéo colorisée Des images colorisées du tigre de Tasmanie redonnent vie à cette espèce officiellement disparue.

Le thylacine aux allures de loup, surnommé le tigre de Tasmanie à cause de sa fourrure rayée, est une espèce disparue depuis environ 85 ans. À l’occasion de la Journée nationale des espèces menacées, des images colorisées de l’animal ont été dévoilées.

Ces images sont à la fois spectaculaires et tristes. Elles nous montrent Benjamin, le dernier thylacine également connu sous le nom de tigre de Tasmanie. Une espèce aujourd’hui éteinte dont nous gardons un témoignage à travers ce film daté de 1933 qui a été colorisé à l’initiative de la National Film and Sound Archive of Australia. Une première émouvante. C’est le zoologiste et naturaliste australien David Fleay qui a filmé ce marsupial en 1933. Il est mort en captivité en 1936.

Le film original de 35 mm en noir et blanc a été numérisé aux normes d’archivage 4K et colorisé par la société Composite Films, basée à Paris. La colorisation de ce film de 80 secondes a demandé 200 heures de travail. Le directeur artistique de Composite Films, Samuel François-Steininger, et son équipe ont utilisé des dessins, croquis, pei

Pademelon

Pademelon de Tasmanie

ntures, descriptions écrites et des peaux conservées pour restituer des couleurs aussi précises que possible.
Cet animal est une créature mythique dans le folklore australien et un certain nombre de groupes indépendants ont parcouru la Tasmanie à la recherche de signes indiquant que le tigre existe toujours. En février dernier, l’un de ces groupes prétendait avoir des images montrant trois tigres de Tasmanie, mais les experts ont conclu qu’il s’agissait d’un pademelon.
Personnellement, je crois qu’il est difficile de confondre les deux marsupiaux.
(cf : cnetfrance)

Un ibis rouge observé à Jemelle en province de Namur (Belgique)

Fabian se balade à Jemelle et tombe sur un... ibis rouge: C‘est une observation étonnante qu’a faite Fabian, photographe nature, le 5 septembre dernier à Jemelle (Rochefort, province de Namur) lors d’une promenade. Au sommet d’un épicéa se dessinait un grand oiseau d’une couleur rouge éclatante et muni d’un long bec courbé. Un ibis rouge. Le climat serait devenu à ce point doux qu’une telle espèce ait migré chez nous ? Car en effet, cette espèce n’est pas particulièrement une habituée des forêts du nord. « C’est un oiseau que l’on rencontre seulement dans les marais et en particulier les mangroves du nord de l’Amérique du Sud, de la Colombie au Brésil », renseigne Jean-Yves Paquet, spécialiste des oiseaux chez Natagora, l’association de protection de la nature. Dès lors, la seule explication de cette présence incongrue sur un sapin en province de Namur est une évasion.

(Pour retrouver l’article entier : RTL Info)

Ce contenu a été publié dans Brèves, Brèves 2021, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.