Animaux Mystérieux des Eaux & des Forêts (2009)

Programme

Samedi 18 avril

9h30-10h30 : Accueil et ouverture du colloque

10h30 -11h15 :«The cryptozoological analysis» par M. Pasquale SAGGESE (Biologiste – Italie )

«I’ll talk about the cryptozoological method, according to a work written with the collaboration of Cryptozoologists Lorenzo Rossi, Mauro Cella et al.
It’s divided into 2 parts: Preliminary analysis (elaboration of data) and attributive analysis (to give an identity to the cryptid make comparison between it and the animals of the area in which it’s pointed out).»

11h15-12h00 : «Blast from the past: palaeontological and archaeological help in cryptozoology» par Dr. Marco SIGNORE (Ph.D.Palaeobiology of Predation, Functional Morphology – Italie)

The cryptozoological researcher can find help in the sciences of the past. Palaeontology on one side may give better understanding of processes and changes in the living world, especially with taphonomical studies. Famous errors and fakes in cryptozoology would have been avoided with a better understanding of the taphonomical processes, such as the «plesiosaur» carcass in Japan, or some evidences of the «chupacabra» in Central America. Archaeology may also be of help, especially when one pays attention to ancient and medieval lore concerning strange and mysterious animals.
On the other hand, cryptozoology may really help other sciences, such as archaeology, thanks to the deep knowledge of folklore and myth, and also the tireless pursue of even the smallest hint. Such may be the case with the ancient Egyptian God Set and the interpretation of his myth as connected to an animal that was thought absent from the Egyptian fauna until very recently: the aardvark.

12h00 : Apéritif

12h30 -14h15 : Buffet

14h30 -15h15 : «Le lynx des Pyrénées… Retour vers la cryptozoologie» par Luc CHAZEL (Naturaliste – France)

Le lynx a été littéralement oublié dans les Pyrénées pour toute une série de raisons liées à l’évolution de la vie dans ces montagnes. C?est seulement aprés la 2 ème guerre mondiale que des données récentes ont remis en question le dogme de sa disparition. Entre les années 1960 et 1990 les indices de sa présence se sont accumulés à tel point que l’on pouvait imaginer sans peine le voir regagner sa place dans la faune pyrénéenne. mais un dernier baroud d’honneur d’incrédulité, a créé une atmosphère délétère autour du dossier, remettant en cause la présence du félin, en ignorant purement et simplement les éléments du dossier qui ne permettaient pas de conclure dans le sens de la disparition. Aujourd’hui la version officielle est que le lynx a disparu de la grande chaîne méridionale, même si les adversaires de cettethèse ne désarment pas plus que les témoins qui continuent à observer le lynx. Alors le félin faute d’être un objet zoologique, est retourné à la cryptozoologie….

15h15 -15h30 : Pause-Café

15h30 -16h15 : «Sasquatch 2008» et présentation du film de l’expédition

16h15 -17h00 : Film de l’expédition «Sasquatch 2008»

19h30 : Banquet

Dimanche 19 avril

10h00 -10h30 : «Rencontre avec un animal curieux au Taymir» (traduit par M.-J. Koffmann) par Dr. Michael TRACHTENGERTS

Le Taymir est une péninsule au nord de la Russie entre les mers de Kara et de Laptev. Il s’étend sur plus de 1000km du Cercle Polaire au Pole. L’observation eu lieu à environ 70 ° de latitude dans la rivière Khatanga, à l’embouchure de la rivière Kotuy. Le climat y est très froid, le sol couvert de neige plus de 9 mois par an.
Un animal y fut observé par un géologue. Il était semblable à un reptile de 30 à 40 cm de haut avec une queue courte comme si elle était coupée. Il se dressait sur 4 pattes et sa tête ressemblait à celle d’une tortue…

10h30 -11h15 : «Bilan de quinze années de recherches sur l’Homme Sauvage et Velu du Caucase» par Dr. Michael TRACHTENGERTS (Russie)

11h15 -12h00 : «Le problème que posent les techniques de détection et prise d’images d’animaux rares et discrets» par Pr. Léon BRENIG (Physicien – Belgique) :

A la lueur des 4 expéditions Sasquatch, le (très) gros obstacle dans la découverte de cryptides est le manque de moyens techniques mis en oeuvre. Cela s’explique d’une part par le manque de fonds mais aussi par le fait que les techniques de prise d’images automatisées et (surtout) nocturnes sont encore embryonnaires.

12h00 : Apéritif

12h30 -14h15 : Buffet

14h30 -15h15 : « »Monstres » lacustres, reptiles et serpents géants non identifiés du Caucase» par Dr. Marie Jeanne KOFFMANN

15h15 -15h30 : Pause-Café

15h30 -16h15 : «Comment filmer un cryptide ou les enjeux de l?image dans la nomenclature scientifique» par M. Florent BARRERE (cinéate- France)
Dans cet exposé je défendrai la thèse du rapport étroit entre image et découverte (crypto-) zoologique. Chaque découverte animale n’a pu se départir d’un lien visuel, d’un support de représentation quelconque (dessins, photographies, prises de vue vidéo) qui à un moment a été un outil de connaissance ou d?authentification de cet animal. L’image a-t-elle une fonction dans l »expertise de certains dossiers (crypto-) zoologiques ? A-t-elle, dans son degré de réalité qui mime le modèle représenté, la même force d?adhésion que des éléments physiques (fèces, empreintes, poils) ? Ce bref panorama fera le point sur plusieurs dossiers cryptozoologique qui ont eu recours à l’image, certains avec succès comme le Coelacanthe et le Calmar super-géant ; d’autres avec moins de bonheur, comme le Grand Serpent-de-Mer et les Hommes Sauvages et Velus. Une meilleure connaissance de la fonction de l’image peut-elle débloquer certaines enquêtes cryptozoologiques ?

16h15-17h00 : Table ronde et clôture du colloque

Cette entrée a été publiée dans Activités, Colloques, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.