La baleine la plus rare du monde vue pour la première fois en Nouvelle-Zélande

Jusque-là, on ne faisait que soupçonner leur existence.

Deux baleines, une mère de 5 mètres et son petit, ont pu être attribuées à l’espèce des baleines à bec de Travers (Mesoplodon traversii) après une étude de leur ADN. La découverte de ces deux spécimens, échoués sur la plage d’Opape de Nouvelle-Zélande en 2010, n’a pas alerté immédiatement la communauté scientifique.

Les chercheurs du département néo-zélandais de conservation ont mal identifié les spécimens et ont d’abord pensé qu’il s’agissait de baleines à bec grises, plus communes et très similaires. Après en avoir prélevé un échantillon ADN, ils enterrent les deux baleines dans le sable. Quelques mois plus tard, les chercheurs s’aperçoivent de leur erreur et déterrent les squelettes de baleines enfouis.

Dans un rapport publié le 6 novembre, les chercheurs de Nouvelle-Zélande et des Etats-Unis exposent leur découverte:

[i]«Pour la première fois, nous avons une description du plus rare et peut-être même du plus énigmatique des mammifères marins.»[/i]

Ces cétacés n’avaient encore jamais été vus et les scientifiques supposaient une extinction probable de l’espèce. Ils étaient connus uniquement sur la base de morceaux de squelette, seuls trois spécimens d’ossements ayant été observés auparavant: une mâchoire trouvée dans les îles Chatham en 1872, un crâne découvert sur l’île White dans les années 1950, un autre sur l’île Robinson Crusoe au Chili en 1986.

Les chercheurs n’ont pas vraiment pu expliquer pourquoi cette espèce de baleine était restée mystérieuse si longtemps. Rochelle Constantine, biologiste à l’université d’Oackland, explique:

[i]«C’est peut-être simplement parce que ce sont des baleines qui vivent en pleine mer, et ne s’approchent jamais des côtes. La Nouvelle-Zélande est entourée d’océans profonds, il y a beaucoup d’espèces marines qui restent inconnues.»[/i]

Le nom de cet animal ne fait pas référence à une éventuelle déformation physique mais à Henry Hammersley Travers, qui en a découvert le premier os connu en 1872.

(Source : http://www.slate.fr/lien/64525/baleine-la-plus-rare-du-monde-nouvelle-zelande#sharelinks )

Cette entrée a été publiée dans Brèves, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.