Sur la Piste des derniers Thylacines

Il est  considéré comme éteint  depuis presque 80 ans, mais un groupe d’intrépides naturalistes britanniques déclare que le tigre tasmanien est bien en vie.

Une équipe d’enquêteurs du Centre of Fortean Zoology , qui opère d’une petite ferme dans le nord du Devon, se trouve actuellement en Tasmanie pour  traquer  des indices qui prouveraient que le thylacine, communément appelé tigre Tasmanie, existe toujours.

Le groupe déclare avoir rassemblé des preuves concluantes de la présence du thylacine dans les zones reculées du nord-ouest de la Tasmanie, en dépit du fit que le dernier animal connu soit mort au zoo d’Hobart le 7 septembre 1936.

Le Centre of Fortean Zoology affirme qu’il a parlé du thylacine à plusieurs témoins « hautement crédibles » et a trouvé des matières fécales animales qui pourraient appartenir à la bête. Les crottes ont été conservées dans l’alcool et envoyées pour analyse ADN.

L’équipe du cryptozoologistes qui a essayé précédemment de trouver les yeti et fanfaronnades qu’il y a des preuves  d’un mystérieux singe indonésien bipède,  est une semaine dans un quinzaine de jours-long voyage pour découvrir si le thylacine existe encore.

Richard Freeman, directeur zoologique de l’organisation, a déclaré à l’Australian Guardian qu’il n’a « aucun doute » sur le fait que l’espèce parcourt toujours les régions isolées de Tasmanie.

« La région est si éloignée, il y a tellement de proies et nous avons tant de témoins fiables qui connaissent le bush que je dirais qu’il doit y en avoir une population raisonnable « , dit-il. « Je dirais qu’ il y en davantage que  de rhinocéros de Java. » Le WWF estime qu’il subsiste seulement 35 rhinocéros de Java.

Freeman a déclaré qu’il avait parlé à un ouvrier forestier qui avait vu l’animal en plein jour en 2011, lequel était très reconnaissable à son arrière-train rayé, à sa longue queue raide et à « sa manière étrange de se déplacer en chaloupant, presque comme celle d’une vache » quand il marche.

Un tireur de la faune du gouvernement et plusieurs locaux avaient repéré ces dernières années le même type d’animal particulier, a ajouté Freeman.

Il a admis qu’aucune empreinte ou thylacine mort n’avaient été trouvés, en attribuant le fait au sol pierreux qui recouvre  la région et la férocité des diables de Tasmanie qui dévorent gloutonnement  les cadavres d’animaux quand ils les découvrent.

Cependant, Frreman a ajouté qu’il avait entendu parler de rapports de tueries spécifiques au thylacine où la proie avait été proprement éviscérée, ainsi que la découverte de crottes.

« Si nous obtenons de l’ADN, ce sera intéressant », a-il-dit. « Ils sont beaucoup trop grands pour un diable de Tasmanie et  il faut exclure un chien.  Qu’est-ce qu’un chien irait faire là-bas ? C’est une région très éloignée. »

Ce contenu a été publié dans Brèves 2013, Brèves Novembre 2013, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.