Sasquatch 2015 (Partie 1) : une piste possible ?

 Sasquatch 2015 (Partie 1) : une piste possible ?

Introduction

marmotte

Marmotte à ventre jaune (Marmota flaviventris) (Photo : Eric JOYE)

Pour Sasquatch 2015, je suis reparti cette année en Colombie Britannique (Canada) sur la piste du Sasquatch, appelé aussi Bigfoot.

Je peux dire que cette année les résultats furent plutôt satisfaisants….

Vendredi 22 mai 2015

Le voyage s’est passé sans histoire. Dans le TGV vers l’aéroport Charles De Gaulle je rencontre une linguiste biélorusse vivant en Belgique qui se rendait également à Vancouver pour une semaine seulement.

A l’aéroport, je fais aussi la connaissance de deux jeunes Françaises qui vont passer un an en Colombie Britannique grâce à un permis de travail en faveur des moins de 35 ans ; bien sûr elles ont dû remplir des conditions financières pour en bénéficier.

Après 9 heures de vol consacrées à visionner des films et à bénéficier du service à bord, à Vancouver je récupère mes bagages et la voiture louée et je dis adieu à mes compagnes de voyage.

Je rejoins la ferry pour encore plusieurs heures d’attente avant de pouvoir embarquer.

Arrivé à destination vers 10h du soir je décide vue l’heure tardive de ne pas me rendre au terrain de camping que j’ai bien connu en 2008 et 2009 .

Hélas, mon motel préféré est complet.

Je fais donc demi-tour et me rends à un autre motel où j’ai déjà passé la nuit en 2008 et en 2013. Heureusement l’office est encore ouvert et il n’affiche pas complet.

Samedi 23 mai

Après une bonne nuit de sommeil j’arrive au terrain de camping vers 10h30.

Il est situé au centre de la forêt à une quinzaine de km de l’agglomération la plus importante de l’endroit.

Il est accessible par un chemin forestier qui à partir de la route principale y amène le visiteur.

Vers 2010-2012 les entreprises forestières ont mis à blanc toute une portion de l’endroit et il se fait qu’il ne correspond plus du tout à l’environnement que j’ai connu lors de Sasquatch 2009.

Je le déplorais déjà lors de mes visites en 2013 et 2014, car les Sasquatches avaient certainement déserté le lieu.

Retrouvailles avec Rob le propriétaire, puis montage et installation de mon camp au même emplacement que l’année précédente.

J’ai toujours un sentiment de liberté et d’aventure quand je me rends en Colombie Britannique.

L’après-midi je pars explorer la mise à blanc. J’aperçois le dessus de la tête d’un ours noir qui disparaît discrètement, sans doute le même que j’ai filmé en 2013

Dimanche 24 mai

2e empreinte relevée (pied droit) (photo Eric JOYE)

2e empreinte relevée (pied droit) (photo Eric JOYE)

J’effectue le relevé d’une piste de quatre empreintes découverte par un des résidents du campground Jeff Petersen.

Cela me prend bien 2 heures.

Vous aurez les détails de ces relevés ultérieurement dans une fiche séparée.

L’après-midi sera consacrée à un tour des sites « remarquables » avec Rob comme guide.

Cette excursion me permettra de préparer un futur Sasquatch-Safari.

Lundi 25 mai

J’effectue une rando en boucle en démarrant de la mise à blanc : je n’ai jamais fait cette boucle auparavant. Aucune rencontre marquante ne viendra.

La soirée, souper au resto chinois avec Rob et courses au supermarché ouvert jusque 22h.

Voilà une des choses que j’apprécie au Canada comme aux USA : pouvoir faire ses courses à une heure tardive alors qu’en Belgique les supermarchés ferment tous à 20h.

Mardi 26 mai

Je me rends à l’étang créé par les castors il y a bien des générations et où en 2008 nous avons eu tellement de contacts avec des Sasquatchs.

J’y passe l’après-midi, mais rien de remarquable ne s’y produit sinon la visite d’un aigle à tête blanche, malgré mes appels et mes coups sur le tronc d’un arbre.

Chouette rayée

Chouette rayée (Photo X)

La soirée sera consacrée à un affût aux abordx du camp : un concert de chouettes rayées (Strix varia), un des animaux les plus bruyants de la forêt nocturne américaine, et les mouvements d’un animal non observé sous le couvert des arbres seront les seuls événements à noter.

Les cris variés et puissants de cette chouette dans les nuits de pleine lune silencieuses ont parfois le don de faire frissonner, même si on en connaît l’auteur.

Mercredi 27 mai

Cet après-midi je me rends à nouveau dans la zone défrichée.

Je trouve dans la poussière sur le chemin forestier plusieurs empreintes qui pourraient être des empreintes de S.

Mais elles ont trop peu précises que pour faire de bonnes photos, malgré tout je les prends en photo.

Beaucoup d’empreintes de wapiti et de mulet.

Empreintes de coyotes également.

Je me rends au marais que m’a indiqué Rob.

Activité de cervidés et possible empreintes de Sasquatch ou d’ours, mais difficile à déterminer.

Il mérite une exploration plus approfondie.

Je découvre aussi un bon point d’observation d’où je peux embrasser toute la zone.

Je ne relèverai aucune activité si ce n’est celle des moustiques abondants.

Cerf wapiti ou Elk

Cerf wapiti ou Elk (Photo X)

En début de soirée, au retour de courses nécessaires en ville, je croise un couple d’ados wapiti (Cervus canadensis).

L’un d’eux, un mâle, commence à laisser voir ses tout premiers bois.

J’arrête la voiture pour les observer et ils font de même pendant plusieurs secondes à partir d’une hauteur qu’ils ont rejointe et qui va préparer leur départ sans stress vers un coupe-feu marquant l’emplacement d’un pipe-line.

Malheureusement je n’ai rien sous la main pour les filmer.

(A suivre)

Maintenant que vous avez lu cette première partie laissez-moi un commentaire. Merci

Cette entrée a été publiée dans Expéditions, Sasquatch Expeditions, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.