Sale temps pour les microsalamandres

Sale temps pour les microsalamandres

nouvelles-microsalamandresA peine découvertes et déjà en danger : tel est le sort de trois nouvelles espèces de minuscules amphibiens du Mexique.

Pour commencer, la bonne nouvelle.

Une équipe de biologistes américains vient de découvrir trois nouvelles espèces de salamandres, originaires de l’Etat d’Oaxaca, au sud du Mexique.

Et pas n’importe lesquelles : des thorius, les plus petites des salamandres – et même les plus fins des vertébrés –, longues et surtout épaisses comme une demi-allumette.

La trouvaille vaut à ses auteurs les honneurs de la revue PeerJ.

Mais eux-mêmes le disent clairement, et c’est la mauvaise nouvelle : au rythme actuel, ces trois espèces et leurs vingt-six cousines auront disparu d’ici à la fin du siècle.

Un siècle et demi, pourtant, que les scien­tifiques s’émerveillent de cette bestiole.

De la découverte du premier spécimen, en 1869, aux années 1940, « le » thorius est décrit comme une espèce unique.

En attestent sa taille minuscule (environ 2,5 cm de long pour 2,5 mm de large), sa morphologie (yeux et ­narines surdimensionnés), sa zone de répartition limitée (quatre Etats du sud du Mexique).

Et quelques particularités anatomiques, dont l’absence de poumons.

(En savoir plus sur Le Monde )

Cette entrée a été publiée dans Brèves 2016, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.