Licorne, Nessie et Yéti : l’étude des animaux fantastiques

Licorne, Nessie et Yéti : l’étude des animaux fantastiques

Par Iris Joussen

Les animaux fantastiques

Photo extraite du film « Les Animaux Fantastiques »

Dans les « Animaux fantastiques », préquel d’Harry Potter en salle le 16 novembre 2016, le héros doit réaliser un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques. Eh bien sachez que ce métier… existe presque.

« Je trouve inutile et fastidieux de représenter ce qui est, parce que rien de ce qui est ne me satisfait. La nature est laide et je préfère les monstres de ma fantaisie à la trivialité positive ».

Malheureusement pour Charles Baudelaire, même le monde des songes a eu besoin d’avoir sa propre science.

Ainsi, la cryptozoologie est l’étude des animaux dont l’existence n’a pas été prouvée par la science. Littéralement, c’est l’analyse des animaux cachés.

La cryptozoologie privilégie une approche interdisciplinaire entre biologie, paléontologie ou encore zoologie

Sa méthode ?

Il s’agit principalement de méta-analyse : réunir tous les indices et témoignages pour faire la part entre le « mythologique » et le « zoologique ».

Elle porte également une attention aux savoirs populaires relatifs aux animaux (« éthnosavoirs »), faisant d’elle une science participative.

Le terme de cryptozoologie a été pour la première fois utilisé dans les années 1950 par Bernard Heuvelmans, père de la discipline sous sa forme moderne et naturaliste. Son livre « Sur la piste des bêtes ignorées » (1955) a été vendu à plus d’un million d’exemplaires.

Un paradoxe de cette « para-science » : dès que l’existence de l’animal est avérée, celui-ci appartient alors à la zoologie (exemple de l’ornithorynque et de l’okapi).

La cryptozoologie est donc condamnée à rester dans le monde fantastique alors qu’elle peut être à l’initiative de la découverte de certaines espèces et se veut rigoureuse.

(Lisez la suite de ce bon article sur Sciences et Avenir)

Réagissez ci-dessous à cet article

 

Cette entrée a été publiée dans Brèves 2016, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.