Le premier poisson cavernicole européen a été découvert en Allemagne

Le premier poisson cavernicole européen a été découvert en Allemagne

Poisson cavernicole d'EuropeEn août 2015, un plongeur amateur du nom de Joachim Kreiselmaier part explorer le système hydrologique du Danube dans le sud de l’Allemagne.

Intrigué par l’apparence étrange d’un petit poisson qu’il aperçoit l’homme le photographie. De retour au sec, il envoie les clichés à un ami qui contacte Jasminca Behrmann-Godel, chercheuse à l’Université de Constance (Allemagne).

Une espèce âgée de « seulement » 20.000 ans

Après plusieurs mois d’étude, un article paru le 3 avril 2017 dans la revue Current Biologyrévèle que le spécimen découvert par Joachim Kreiselmaier (nommé co-auteur) est bel et bien une nouvelle espèce de poisson cavernicole. Et les analyses génétiques couplées aux connaissances de l’histoire géologique de la région indiquent que cette espèce est apparue il y a 20.000 ans.

« Cette découverte est spectaculaire car on pensait jusqu’alors que la glaciation pendant la période du Pléistocène (qui a débuté il y a 2,58 millions d’années et s’est terminée il y a 11.700 ans, NDLR) aurait empêché, en Europe, les poissons de coloniser les habitats aquatiques souterrains aussi loin dans le nord« , indique Jasminca Behrmann-Godel. Mais ces derniers ont néanmoins réussi à atteindre cette zone quand les glaciers ont commencé à reculer.

Un aspect bien particulier

Bien que cette espèce soit considérée comme jeune à l’échelle de l’Evolution, elle est déjà dotée de toutes les caractéristiques propres aux poissons cavernicoles.

Ces spécimens possèdent des yeux plus petits et leur corps a une forme étrange, comme recourbée.

Les poissons cavernicoles comme ceux qui ont été découverts en Allemagne ne sont pratiquement pas colorés, certains sont même complètement blancs. Ils sont dotés de barbillons (sorte de filaments mous placés autour de la bouche) très longs et leurs narines sont plus grandes que celles des poissons qui nagent près de la surface.

Après sa première expédition, le plongeur est retourné plusieurs fois dans la zone et a réussi à capturer vivants 5 spécimens de cette nouvelle espèce afin de permettre aux chercheurs de l’étudier sous toutes les coutures.

Ces derniers ont déjà prévu de mener de nouvelles analyses génétiques mais aussi d’étudier le comportement de ce petit poisson qui est une grande surprise.

(D’après Sciences & Avenir)

Cette entrée a été publiée dans Brèves 2017, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.