Chat sauvage : Un félin d’1,20m aperçu en Écosse

Chat sauvage : Un félin d’1,20m aperçu en Écosse

Ce matin m’arrive une information capitale (s’il ne s’agit pas d’un poisson d’avril) : le projet de protection du chat sauvage (on devrait plutôt dire « chat forestier » (Felis silvestris)), « Wildcat Haven », a fait une incroyable découverte. Un énorme félin jamais vu!

Une bête de cette taille-là me fait tout de suite penser au dossier des « Alien Big Cats », comme on l’a surnommé.

Serait-ce une partie de l’énigme concernant ces « panthères », le plus souvent noires, observées régulièrement en Grande-Bretagne depuis des années? Y a-t-il des individus mélaniques parmi eux?

Un chat d’une taille anormalement grande a été détecté ! La nature n’est jamais avare de jolies surprises. Une caméra de surveillance installée par l’association « FranceAgora » (qui participe à la restauration de la faune dans les Highlands) dans la forêt de Clashindarroch en Ecosse a immortalisé un des plus grands chats sauvages du monde. Un minou mesurant 1,20 mètre du nez à la queue. »Je ne pouvais pas en croire mes yeux quand j’ai vu ce chat : il est énorme, c’est un animal magnifique.« , explique Kev Bell, un des premiers chercheurs qui a regardé la vidéo.

Tous les médias britanniques ont repris cette incroyable information, surnommant le chat sauvage : « La bête de Clashindarroch « .

« Certains affirment que le chat sauvage écossais n’existe plus, mais nous savons qu’il n’en est rien, et des chats sauvages comme « La Bête » sont là pour le prouver « , rapporte Kev Bell.

Grâce aux caméras, les spécialistes ont pu observer comment ces chats sauvages ont réussi à survivre et à éviter l’hybridation.

Depuis 9000 ans, les chats sauvages écossais sont isolés du continent européen. Ils font aujourd’hui partie des animaux les plus menacés au monde.

« Wildcat Haven », le projet de sauvegarde de l’espèce, estime qu’il reste environ 35 chats sauvages en Ecosse. Ce félin serait ainsi 70 fois plus rare que le panda géant. Une mauvaise nouvelle car cet animal est un élément clé de l’écosystème écossais et des Highlands.

« Nous ne pouvons tout simplement pas perdre le chat sauvage. Nous ne pouvons pas nous permettre de vivre sans lui, nous avons besoin de faire notre maximum pour sauver les derniers chats sauvages (…) Nous croyons que le chat sauvage a un bel avenir devant lui. Notre objectif est de mettre en place un réseau de réserves sur le territoire écossais. C’est un projet à long terme et de longue haleine.« , déclare Paul O’Donoghue, conseiller scientifique de « Wildcat Haven « .

(D’après Céline Peschard pour Doctissimo.fr)

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.