Sur la déclassification du FBI, l’avis du Dr. Jeff Meldrum

Sur la déclassification du FBI, l’avis du Dr. Jeff Meldrum

Dans l’affaire des poils de Bigfoot et des dossiers déclassifiés du FBI, je viens de trouver sur le site du Spokesman l’avis du Dr. Jeff Meldrum à ce sujet.

«C’est une tempête dans un verre d’eau», a déclaré Jeff Meldrum, professeur d’anatomie et d’anthropologie à l’Université d’Etat de l’Idaho. «À partir de cette image en noir et blanc de mauvaise qualité, vous pouvez affirmer que ce n’est pas un poil de primate. J’aurais pu vous dire, rien que sur cette photo, que c’était presque certainement un ongulé. ”

Des nouvelles comme celle-ci ne rendent pas service aux preuves abondantes qui existent, a déclaré Meldrum.

«Les sceptiques adorent ça, mais cela détourne l’attention des preuves plus convaincantes, comme les poils que j’ai mentionnés et tous les autres indices», a déclaré Meldrum. «Les empreintes, les vocalisations, les indices photographiques, les rapports permanents et quasi quotidiens de témoins oculaires, crédibles, fiables et peu influençables.»

Meldrum a ajouté qu’il dispose actuellement d’échantillons de poils de bigfoot appartenant clairement à des primates, mais dont les différences sont suffisamment marquées pour qu’il ne s’agisse pas de cheveux ou de poils humains. Un autre indice? Ils n’ont jamais été coupés.

«Presque toutes les personnes vivantes aujourd’hui sont passées un jour ou l’autre chez le coiffeur», a déclaré Meldrum. « Et ainsi, cette extrémité coupée, à moins qu’elle ne soit tellement abîmée et ait été mise à rude épreuve qu’elle ne puisse plus être perceptible, montrera des marques de coupe bien nettes. »

Dans le livre de Meldrum, «Sasquatch: Legend Meets Science», un chapitre entier est consacré à l’analyse des poils.

Le problème des échantillons de poils, selon Meldrum, est qu’ils ne fournissent pas l’ensemble du génome mitochondrial. Le coût pour effectuer ce travail est exorbitant. Pour compliquer les choses, il est difficile de trouver un laboratoire qui effectuera les tests appropriés sur les échantillons.

«En milieu universitaire, il faut publier ou périr, si leurs travaux ne débouchent pas sur une publication scientifique, alors ils auront perdu du temps et de la productivité,» a déclaré Meldrum, « d’où leur hésitation à prendre un tel risque, renforcée par la controverse qui entoure le sujet (Bigfoot) et la crédibilité même de leur laboratoire qui risque d’être mis en jeu. »

«Nous essayons de mettre sur pied un projet de recherche systématique d’ADN environnemental pour extraire des échantillons de sol et d’eau dans les régions d’ou proviennent les rapports d’observations, d’empreintes de pas, etc.», a déclaré Meldrum. «Ce sera un test intéressant. Il n’existe pas de précédent pour identifier une nouvelle espèce sur la seule séquence d’ADN environnemental.

Meldrum laisse place au doute, mais il est quasi certain de l’existence du Bigfoot.

« Je ne peux pas dire que je suis sûr à 100% », a déclaré Meldrum. « Ce ne serait pas une position honnête parce que nous n’avons pas de preuves concluantes … mais je n’aurais pas consacré autant de temps de ma carrière, joué ma réputation sur cette question si je n’avais pas été très tôt convaincu, sur la base d’indices que j’ai examinés. « 

Ce contenu a été publié dans Brêves 2019, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.