Brêves 2007

26/03/2007

Une nouvelle espèce d’oiseau découverte en Idaho

Une nouvelle espèce de Bec-croisé, morphologiquement et vocalement distincte de l’autre espèce de Bec-croisé (Loxia curvirostra complex), a été identifiée dans les South Hills, au sud de l’Idaho (Etats-Unis).

Cette nouvelle espèce de Bec-croisé, un oiseau spécialisé dans le décorticage des cônes de pin et qui se nourrit des pignons, est distincte du Bec-croisé rouge (Loxia curvirostra complex) par sa morhologie et ses capacités vocales.

On doit cette découverte, qui date en fait de 1996, à Craig BENKMAN de l’Université du Wyoming. L’oiseau ne se rencontrerait que dans un petit coin montagneux du sud de l’Idaho, les South Hills et les Albion Mountains.

Les travaux de terrain de la collaboratrice de BENKMAN Julie SMITH, maintenant attachée à la Pacific Lutheran University, montrent que le Bec-croisé des South Hills ne se croise plus avec les autres espèces de Bec-croisés.

Pour en savoir plus :

 http://www.eurekalert.org/pub_releases/2007-03/uocp-nbs031607.php

30/11/2007

Découverte d’une nouvelle espèce de Pécari

Une nouvelle espèce de Pécari, un cochon sauvage, a été découverte dans le sud-est de l’Amazonie brésilienne. De la taille d’un grand chien, c’est le plus grand pécari connu.

Pecari maximus fut découvert dans le bassin du Rio Aripuana par le biologiste Marc van Roosmalen, qui a déjà à son actif plusieurs découvertes de singes.

Des analyses génétiques conduites par le Centre des Sciences Environnementales de Leiden (Pays-Bas) ont confirmé qu’il s’agissait bien d’une nouvelle espèce.

Les indiens Tupis l’appellent Caitetu Munde, autrement dit « le grand Pécari qui vit en couple ».

On connaissait trois espèces de pécari auparavant : le pécari à collier (Tayassu tajacu), le plus répandu, le pécari à lèvres blanches (Tayassu pecari) et le Pécari géant du Chaco (Catagonus wagneri ) découvert en 1975.

Ce nouveau pécari a la particularité de vivre plutôt en couple ou en petits groupes familiaux qu’en troupes importantes, fourrage peu voire pas du tout le sol et se nourrit davantage de fruits.

L’habitat du pécari géant est limité à la forêt sèche circonscrite à une petite zone du bassin du Rio Aripuana.

24/08/2007

Un primate en voie de disparition « redécouvert » au Vietnam

Une équipe de scientifiques du WWF et de Conservation International (CI) a découvert la population la plus importante au monde de « rhinopithèques à pieds gris » (pygathrix cinerea), augmentant les chances que ce primate puisse être sauvé de l’extinction. Les observations récentes au Centre Vietnam ont montré la présence d’au moins 116 individus. Comme seulement une petite partie du secteur a été examinée, les scientifiques estiment que d’autres « rhinopithèques à pieds gris » peuvent être présents dans la forêt adjacente.

«C’est une passionnante et importante découverte en raison de la grande taille de la population» estime Barney LONG, un coordonnateur du WWF Vietnam.

05/10/2007

Des satellites pour traquer Bigfoot et Nessie

Comme on a utilisé des sattelites pour chercher le miliardaire Steve Fosset porté disparu depuis le 3 septembre, on peut imaginer utiliser la même méthode pour traquer Bigfoot et Nessie.

Même si les satellites seraient d’un usage limité en milieu forestier, des Bigfoots ont été signalés dans des zones peu boisées, tels le Nevada, le Nouveau-Mexique, l’Utah, le Texas et l’Arizona.

Un Bigfoot solitaire de 3m de haut est peut-être difficile à localiser, mais une famille pourrait plus aisément être découverte. Comme certains calculs estiment leur population pour le moins entre 6000 et 10.000 individus en Amérique du Nord, une recherche systématique et raprochée d’image satellites pourrait révéler des douzaines, voire des centaines ou des milliers de Bigfoots dans des coins reculés en un temps donné.

Cette recherche pourrait également inclure les étendues d’eau. Plusieurs « monstres lacustres » et « serpents-de-mer » de 25 m et plus sont signalés, et font surface régulièrement dans les endroits où on les aperçoit d’ordinaire (Lac Champlain, Loch Ness, Lac Okanagan). L’utilisation de la technologie de Google Earth pourrait servir à cette tâche. Ainsi on ne devrait plus parcourir lacs et étendues sauvages pour traquer ces créatures, on pourrait le faire bien confortablement de son fauteuil de salon.

Si cette technique n’apportera pas de preuve incontestable de l’existence de ces créatures, du moins elle permettra de changer certaines mentalités.

(D’après B. Bradford – Yahoo News -25/9/2007)

01/12/2007

Des traces de pas de yéti 

Des empreintes deux fois plus grosses qu’un pied humain auraient été découvertes dans l’Himalaya.Une équipe d’alpinistes a déclaré avoir découvert de nouvelles preuves de l’existence du Yéti dans l’Himalaya, au Népal.

Le Yéti, ou abominable homme-des-neiges, est un personnage mythique mais de nombreuses personnes, au Népal et au Tibet, croient en son existence malgré le manque de preuves matérielles.

Les alpinistes faisaient partie d’une équipe américaine constituée dans le cadre d’une émission de télévision. Lors d’un trekking dans l’Himalaya, ils ont découvert de mystérieuses traces de pas, a inidqué Josh GATES, présentateur de l’émission.

L’équipe a fait un moulage des empreintes, qui sont près de deux fois plus grosses qu’un pied humain. « Nous allons rapporter les moulages aux Etats-Unis pour les faire analyser », a ajouté M. GATES.

(D’après la Dernière Heure du 01/12/2007) 

Cette entrée a été publiée dans Brèves, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.