Après son échec récent dans sa traque du Thylacine, une expédition est pressée de remettre ça. (par Claire Todd)

Le mystère du tigre de Tasmanie persiste après qu’une expédition n’a pas réussi à entrevoir l’animal insaisissable disparu il y a 80 ans.

The Centre of Fortean Zoology qui a son siège en Grande-Bretagne se consacre à la recherche aux animaux mythiques, mystèrieux et éteints dans le monde entier.

Neuf membres viennent de mettre un terme à la première étape de leur dernier projet auto-financé : la chasse au thylacine.

Après avoir écumé le nord-ouest accidenté de la Tasmanie, un point chaud pour la survivance de l’animal selon l’équipe, le chef d’expédition Michael Williams se dit satisfait du résultat.

« Non, nous ne ramenons pas de thylacine dans nos bagages, nous n’avons rien de bien intéressant sur l’appareil photo, mais c’est un succès incroyable parce qu’il y a plus de témoins que je croyais en trouver et il y a plus de zones intéressantes circonscrites dans une plus petite région que je ne pouvais espérer « ,  a-t-il déclaré.

Le dernier thylacine connu est mort en captivité au cours des années 1930. Mais un membre de l’équipe , Tony Healy,  affirme qu’il y a un nombre écrasant d’anecdotes qui suggère qu’il s’y est maintenu.

« J’ai été vraiment surpris, je croyais que les gens allaient nous refroidir mais Taswegians ont été vraiment, vraiment sympathiques et utiles », a-t-il dit.

« J’ai recueilli neuf nouvelles observations que nous ne connaissions pas, la plus récente datait d’il y a trois ans. Le gars âgé d’une quarantaine d’années avait fait deux observations. Lui et un collègue roulaient sur une route forestière pendant la nuit. et au détour d’un virage le thylacine se trouvait au milieu du chemin. Tous les deux l’ont vu. La surprise fut immense et selon lui il s’agissait sans équivoque  d’un thylacine : rayures,  démarche. »

Le cryptozoologiste est convaincu que le tigre de Tasmanie existe toujours

Le cryptozoologiste Richard Freeman, qui a traqué des anacondas géants et des vers tueurs mongols, affirme que les récits ont renforcé sa conviction.

« Avant de venir sur l’île j’étais à 99.9 % sûr que cet animal y était toujours présent, a-t-il déclaré, Maintenant je suis tout aussi convaincu qu’il est toujours vivant que vous êtes assis à mes côtés. Nous avons parlé à des gens tel que ce représentant du gouvernement qui connaît le bush, qu’il a parcouru toute sa vie afin de contrôler la démographie des wallabies : il l’a vu deux fois. »

Tout au long du voyage à  travers les étendues sauvages, M. Freeman a récolté des excréments qu’il a fait analyser.

« Ils semblent être trop grands pour être ceux d’un diable de Tasmanie ou d’un quoll et ils étaient dans des zones très reculées, donc je serais très surpris s’ils étaient l’œuvre d’un chien », a-t-il ajouté.

L’équipe est la risée des sceptiques, mais ses membres restent cependant mobilisés.

Mais M. Healy ne conteste pas que certains d’entre eux marquent un point.

« Il semble vraiment étrange, presque incroyable que l’on n’en ait pas écrasé jusqu’à aujourd’hui », a-t-il commenté.

Le courageux groupe revient avec seulement une poignée de bouteilles d’échantillons et d’histoires sur le tigre, mais ils sont emballés à l’idée de revenir dans trois mois continuer la quête pour prouver que le thylacine est le mystère le mieux gardé de Tasmanie.

(D’après http://www.radioaustralia.net.au/international/2013-11-15/tasmanian-tiger-hunt-expedition-team-vows-to-return-after-failing-to-sight-elusive-animal/1220790 )

Ce contenu a été publié dans Cryptozoologia N°1, Newsletter. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.