Comment transformer une paire de chaussures de randonnée en un film sur le yéti ? (Par Harry Marshall )

Harry Marshall

Comment transformer une paire de chaussures de randonnée en un film sur le yéti ? Hé bien, c’est une longue histoire …

En 1997, je tournais un film d’Histoire Naturelle au Royaume de Bhutan appelé “Le Dernier Shangri-La”. Nous avions un nomade local comme guide qui portait le nom de Nado (qui signifie Noir) dont les yacks ont transporté tout notre équipement de camp en camp.

Nado portait une vieille paire de chaussures trouée en toile – desquelles dépassaient ses orteils – mais chaque matin, quand je me réveillais, il avait allumé le feu et nourri les yacks et mis sécher à la chaleur du feu mes excellentes bottes de trekking en Gore-Tex que je quittais chaque soir.

Quand est arrivée la fin de l’expédition Nado a suggéré que si je lui donnais mes bottes je pourrais passer la nuit avec sa femme au retour dans son village. J’ai fait une contre-offre : s’il me disait où je pourrais filmer Migyur – le nom que les locaux donnent au yéti – il pourrait avoir mes bottes.

Le soir venu devant une bouteille de Mist bhoutanais (le whisky local fait de mélasse), Nado a raconté diverses histoires sur les lieux où vivait Migyur et des rencontres entre les nomades et la créature à faire se dresser les cheveux sur la tête – et où, si j’étais assez stupide, je devrais aller si je voulais la voir.

Quand nous sommes rentrés à Thimphu – le capital de Bhoutan – Nado avait pris des dispositions pour qu’une énorme peau marron et très puante me soit montrée – une peau de Migyur m’affirma-t-il – et si vous dormez dessus, elle vous guérirait de l’impuissance (en toute apparence Nado avait détecté une occasion de faire des affaires depuis que j’avais décliné l’offre de passer la nuit avec sa femme).

J’ai pris un petit échantillon de poils de la peau et quand je suis rentré en Angleterre je l’ai envoyé à Oxford au Professeur de Biologie Moléculaire, Bryan Sykes, dont j’avais lu le livre sur l’analyse ADN.

C’est un ours a déclaré Sykes, mais un ours tout à fait curieux. Il n’en avait jamais croisé de tels dans sa carrière. Il réussit à convaincre le rédacteur en chef de Canal 4 qu’il y avait là une histoire. Le yéti était un ours. Et nous le trouverions. C’était en 2001.

L’expédition suivante nous a amenés dans les régions du Nord-Est du Bhutan pour aboutir dans une forêt de bambou effroyablement dense et pleine d’ours et de tigres. Il a culminé dans notre sur le biologiste d’écran recueillant un peu plus d’échantillons de poils sur le tronc d’un énorme arbre creux vers lequel nous avions été menés par un homme portant un kho traditionnel (le kilt que les locaux portent) et des bottes de Wellington rouges – qui s’est présenté comme le Chasseur Royal de Migyur. Bryan a analysé ces poils également et a déclaré qu’il n’avait aucune idée de ce que c’était. Un mystère de plus.

L’année dernière j’ai à nouveau reçu des nouvelles de Bryan Sykes – un peu plus âgé et devenu beaucoup plus sage. Il avait affiné ses techniques d’analyse ADN et planifiait un nouveau projet consistant à analyser les échantillons de Bigfoot les plus prometteurs originaires du monde entier. Il se demandait s’ils ne survivaient pas en fait des hommes de Neanderthal ou d’autres hominidés reliques.

Nous avons finalement proposé à une commission de Channel 4 de réaliser une série documentaire sur les mythes du Bigfoot à travers le monde. Cette fois rien n’échapperait à l’œil de la science. Bryan avait développé une  technique pour se débarrasser de la contamination ADN sur les échantillons qui avaient compromis l’identification d’espèces dans le passé – et s’il y avait quoi  que ce soit d’intéressant là-bas – nous l’identifierions. Il n’y aurait plus aucun mystère.

Alors que le tournage touchait à sa fin, j’ai demandé à Bryan s’il se souvenait du poil mystèrieux que nous avions examiné 12 ans plus tôt et à ma grande surprise il a déclaré qu’il croyait qu’il était toujours dans son congélateur, à côté du chili con carne, étiqueté ‘poil  de Migyur, Bhoutan’.

Et là, c’était incroyable, il y était.  Les résultats étaient étonnants.  Cette fois Bryan était capable d’extraire et d’ identifier l’ADN. Il s’agissait d’un autre ours. « mais pas celui que nous connaissons« . Au de lieu de cela,  il correspondait exactement à un poil ayant appartenu à une espèce d’ours polaire qui a disparue au Svalbard il y a au moins 40.000 ans ,  voire  100.000 ans.

Bryan avait livré sur sa promesse qu’il n’y aurait plus aucun mystère. Donc tout qui est resté devait calculer comment une espèce ancienne d’ ours polaire ancien a pu arriver de Norvège au Bhoutan. Ayant largement dépassé les 600 mots pour cet article, ce sera probablement une autre histoire et peut-être une autre commission.

Tout cela montre seulement qu’il ne faut jamais sous-estimer la valeur d’une bonne paire de chaussures de rando.

(Pour retrouver l’article original :  (http://www.channel4.com/programmes/bigfoot-files/articles/all/the-making-of-the-yeti-documentary)

Ce contenu a été publié dans Cryptozoologia N°1, Newsletter. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.