La chauve-souris « Yoda » officiellement reconnue comme une nouvelle espèce

La chauve-souris « Yoda » officiellement reconnue comme une nouvelle espèce

Par Lison Gevers

chauve-souris Yoda

La chauve-souris surnommée « Yoda » devient officiellement une espèce à part entière. ARDEA/MARY EVANS/SIPA

Une race inhabituelle de chauve-souris de fruits, surnommée « Yoda » en raison de sa ressemblance avec le maître Jedi dans Star Wars a été officiellement enregistrée comme nouvelle espèce et rebaptisée « heureuse » (Hamamas dans la langue locale).

Cet animal qui pour ses caractéristiques physiques inhabituelles avait été surnommée la « chauve-souris Yoda » a été découverte dans une forêt tropicale isolée de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Comme les autres membres de la famille Nyctimene, la chauve-souris est caractérisée par ses étranges narines tubulaires saillantes.

Une nouvelle espèce

La-chauve-souris-Yoda-officiellement-reconnue-comme-une-nouvelle-espece

La chauve-souris « Hamamas », surnommée « Yoda », a été officiellement reconnue comme une espèce à part entière.@ Deb Wright/University of York

Le nez tubulaire des chauves-souris, leurs couleurs vives, les rayures épaisses sur le dos et leurs taches que décrivent les scientifiques ont attiré leur attention pendant 250 ans, mais les chercheurs trouvent encore de nouvelles espèces.

Nancy Irwin, chercheur en biologie à l’université de York s’est penchée sur le cas de cette chauve-souris si particulière.

En étudiant quelques 3.000 spécimens dans 18 musées du monde entier, elle a pu conclure que cette chauve-souris était distincte des autres et pouvait être enregistrée comme nouvelle espèce. « Elle est très difficile à distinguer des autres espèces de chauves-souris à nez tubulaire.

Les espèces sont souvent semblables les unes aux autres, mais diffèrent considérablement en comportement, en alimentation et histoire. La plupart des caractéristiques morphologiques qui séparent cette chauve-souris d’autres espèces sont associées à une mâchoire plus large et plus ronde qui donne l’impression d’un sourire constant. Puisque la plupart des papous isolés n’ont jamais vu Star Wars, je pensais qu’il fallait utiliser un nom local: Hamamas, qui signifie « heureux ».

Sans illustration, il était difficile d’identifier les différentes espèces.

Mais maintenant, grâce aux photographies, dessins et en s’appuyant sur les autres espèces déjà existantes, il est désormais possible de distinguer 3 espèces du groupe. Le nom scientifique de la chauve-souris, Nyctimene wrightae sp. nov. rend hommage à Deb Wright qui a consacré 20 ans de sa vie à la conservation des espèces en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Les Nyctimeninae ont été l’une des premières espèces de chauve-souris décrites, datant de 1769, et plus tard en 1860, Alfred Russel Wallace, un naturaliste britannique, avait recueilli deux autres espèces.

« La taxonomie est souvent la science oubliée, mais jusqu’à ce qu’une espèce soit reconnue et ait un nom, il est difficile d’apprécier les richesses de la biodiversité et d’envisager une gestion appropriée. Les chauves-souris sont essentielles à la santé, à la pollinisation et à la dispersion de nombreuses espèces d’arbres. Il est important de les connaître et de savoir comment nous pouvons le protéger, dans notre propre intérêt« , conclut Nancy Irwin.

(Voir Sciences et Avenir )

Cette entrée a été publiée dans Brèves 2017, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.