Découverte d’un nouveau petit lémurien à Madagascar

Découverte d’un nouveau petit lémurien à Madagascar

Publié par Emma Hollen

groves dwarf lemur body 1

Groves’ dwarf lemur (Edward E. Louis, Jr)

Véritable paradis de biodiversité, l’île de Madagascar, lieu d’apparition des lémuriens, révèle un nouveau spécimen aux immenses yeux ronds mais pas plus grand qu’un écureuil.

À Madagascar, un groupe de scientifiques vient de découvrir une nouvelle espèce de chirogale, une catégorie de lémuriens figurant parmi les plus petits primates au monde. Ils ont baptisé ce spécimen Cheirogaleus grovesi, ou lémurien nain de Groves, en hommage au célèbre primatologue et anthropologue Colin Groves, décédé l’année dernière.

Un nouveau spécimen

Avec ses grands yeux ronds cernés de noir, son petit museau et ses minuscules oreilles duveteuses, C. grovesi a déjà conquis le cœur de plus d’un internaute. Il mesure environ 15 centimètres et possède une queue d’une longueur moyenne de 25 centimètres, ce qui le rend plus petit qu’un écureuil commun.

Il a été découvert dans les parcs nationaux de Ranomafana, caractérisé par une forêt pluviale recouvrant une région montagneuse, et d’Andringitra, qui mêle prairie et forêt. En forêt pluviale, ce minuscule lémurien vit dans le creux des arbres au niveau de la canopée, où il se nourrit principalement de fruits.

Les chirogales présentant de très nombreuses similitudes physiques entre eux, l’équipe a dû procéder à une analyse génétique afin de s’assurer que C. grovesi constituait bien une espèce à part. Des prélèvements ADN effectués sur des spécimens ensuite relâchés dans leur habitat ont permis de comparer leur génome mitochondrial à celui d’autres espèces décrites en 2014 et 2015.

D’après Russell Mittermeier, co-auteur de l’étude, C. grovesi n’est que l’une des nombreuses espèces constituant le genre Cheirogaleus déjà décrites ou destinées à être décrites. En somme, bien plus sont vouées à être découvertes.

« Cela en dit long sur le peu que nous savons concernant la biodiversité en général, et même sur nos plus proches cousins, les primates », ajoute-t-il.

Lémuriens en danger

Même si le statut de conservation de C. grovesi est encore inconnu, il est important de rappeler que de nombreuses espèces de lémuriens sont menacées ou en danger d’extinction.

Sur 113 espèces, 24 sont en danger critique, 49 en danger et 20 sont vulnérables. D’après l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), il s’agirait du groupe de mammifères le plus menacé au monde.

Edward Louis, directeur du laboratoire génétique de conservation au zoo d’Omaha, souligne que le pays est gravement touché par la déforestation, la réduction des habitats et le braconnage. Il conjugue le travail mené avec son équipe à un important effort de conservation de sensibilisation auprès des populations locales, afin d’encourager les efforts de préservation des habitats sauvages.

(En savoir plus : http://www.maxisciences.com/lemurien/ce-nouveau-lemurien-decouvert-a-madagascar-va-vous-faire-craquer_art40173.html)

Ce contenu a été publié dans Brèves, Brèves 2018, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.