Le scientifique qui croyait au yéti

Le scientifique qui croyait au yéti

HierBernard_Heuvelmans midi je reçois un appel téléphonique de la RTBF (Radio Télévision Belge Francophone) m’invitant à participer à l’enregistrement d’une émission télé mercredi prochain à 10h  à propos d’un nouveau film documentaire « Rebelle de la Science«  du réalisateur belge David Deroy (dont je n’ai – je l’avoue – jamais entendu parler) consacré à Bernard Heuvelmans.

Je serai sur le plateau pour commenter le documentaire (j’en ai reçu une copie) et parler de cryptozoologie en compagnie du Dr. Olivier Pauwels, un ami de longue date que je n’ai plus vu depuis au moins 10 ans.

Il se fait que ce matin je trouve sur le blog de « Le temps » un article de  justement consacré au documentaire en question.

Je vous le livre ici.

« Un documentaire inédit, projeté au Palais de Rumine vendredi, revient sur l’extraordinaire carrière de Bernard Heuvelmans, fondateur belge de la cryptozoologie, la science des animaux inconnus. Portrait d’un savant hors norme

On le dit gigantesque, poilu, féroce surtout. Mi-homme, mi-singe, il errerait dans les neiges de l’Himalaya, laissant derrière lui d’énormes empreintes inquiétantes. Le yéti, créature inspirée de légendes tibétaines, fait aujourd’hui encore partie intégrante de la culture populaire. Un mythe que les scientifiques n’ont jamais vraiment pris au sérieux… sauf un.

Bernard Heuvelmans, zoologue belge, a consacré sa carrière à traquer l’abominable homme des neiges. Et pas seulement: pendant cinquante ans, ce Sherlock Holmes animalier s’est passionné pour les bêtes mystérieuses, du monstre du Loch Ness au tentaculaire kraken. Une spécialisation à laquelle le savant a même donné un nom: la cryptozoologie, ou l’étude des animaux inconnus de la science.

« Audacieuse et stimulante, son approche se situait au carrefour de l’anthropologie, de l’ethnologie et de la mythologie « (Benoit Grison, sociologue des sciences et zoologiste français)

Chercheur chevronné pour les uns, illuminé pour les autres, Bernard Heuvelmans, décédé en 2001 à l’âge de 84 ans, demeure un personnage méconnu et controversé.

C’est cette ambiguïté qui a poussé le réalisateur belge David Deroy à documenter sa vie dans Rebelle de la Science, un film qui sera projeté en avant-première au Palais de Rumine vendredi, dans le cadre de la manifestation Ciné au Palais.

«Dans mes films, j’aime gratter le vernis. Au premier abord, Bernard Heuvelmans peut passer pour un plaisantin. Mais derrière ce rideau de fumée, il y a une personnalité complexe, à la marge, oscillant constamment entre une sensibilité scientifique aiguisée et un attrait pour le merveilleux.»  »

Je vous dirai à quelle date vous pourrez visionner le documentaire et l’émission dès que je la saurai.

Ce contenu a été publié dans Brèves, Brèves 2018, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.