Même les enfants s’y mettent!

Même les enfants s’y mettent!

Ce matin j’ai trouvé sur le site de La Dépêche.fr :

Des Vacances “Monstrueuses”

Du 12 au 23 février, le CLSH (centre de loisirs sans hébergement) de Montesquieu accueillera en moyenne une trentaine d’enfants par jour. Un riche programme les attend, avec pour thématique «Les Légendes hivernales». Avec l’aide précieuse de la Librairie des Feuilles de Nérac, l’atelier contes animé par Monique démarre sur la découverte du Yéti, qui sera ensuite «imaginé» en pâte à modeler par les plus petits ou figurera en portrait «fimo» dans la «Galerie des monstres». Big Foot sera également à l’honneur, mais les enfants découvriront aussi des monstres peu connus, un russe et un japonais : le kochtcheï, sorcier hideux des contes russes, ou encore la créature étrange du folklore japonais, le rokurokubi au long cou extensible. […]

[…] Le 22 la «chasse au Trésor des Neiges» permettra de rassembler quelques éléments-indices pour le grand jeu final du vendredi 23 «On a perdu… le Grand Yéti !» que nous ne détaillerons pas ici, pour en laisser l’entière surprise aux enfants !

Bien sûr, j’ignore de quelle façon le sujet sera traité : est-ce qu’une information “scientifique” sur l’existence possible de ces créatures sera donnée aux enfants lors de cette animation ou se contentera-t-on de les traiter comme des créatures légendaires au même titre que le Dragon, la Chimère, etc…? Pour ma part je crains fort que l’on reste sur l’aspect légendaire dans ce type d’animation destiné aux enfants.
Je trouve cela dommage.

Par ailleurs à la place de lire des contes modernes qui sont souvent purement imaginaires sans réelles attaches à un domaine culturel, il vaut mieux revenir aux contes et légendes traditionnels transmis par des générations de conteurs et ancrés dans une culture donnée. Peut-être aussi voir différentes versions d’une même histoire.
En effet, ce serait une occasion d’aiguiser leur curiosité pour  les sciences naturelles et les mystères de la Nature – et pas seulement de la Cryptozoologie – et par le truchement de belles histoires voir ce qui dans ces récits populaires nous renseigne sur l’animal “zoologique” au-delà de l’animal “imaginaire”. D’autre part ces contes traditionnels les ouvriraient vers d’autres cultures et d’autres manières d’appréhender la Nature.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Laissez-moi un commentaire ci-dessous

 

Ce contenu a été publié dans Brèves 2018, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.