Dans le sillage du Monstre du Loch Ness (2e partie)

Vers Drumnadrochit (Photo E. JOYE)

Le long du Loch Ness vers Drumnadrochit (Photo E. JOYE)

Dans notre épisode précédent nous avons relaté les événements que j’avais vécus sur le Great Glen Way entre Fort Augustus et l’arrivée à Drumnadrochit qui mettait fin à cette randonnée de deux jours sous la pluie, le vent et la brume.

Enfin arrivé !

Me voilà arrivé enfin au Benleva Hotel à Drumnadorchit (en fait Lewiston, pour être exact) où j’avais réservé une chambre !
Cet hôtel est une bâtisse du 17e siècle qui fut tour à tour presbytère et hôtel. Dans la cour il y a un arbre de justice, un « châtaigner espagnol » (Castanea sativa) où l’on pendait les condamnés à mort. L’hôtel est donc réputé hanté par les esprits des exécutés.

L’on m’attribue une chambre de trois lits, un double et deux simples, avec une grande salle de bain.

J’avais en réalité loué 3 chambres pour 3 nuits il y a plusieurs mois par hotels.com pour éviter des problèmes de logistique si plusieurs participants s’inscrivaient à ma randonnée.

Entre-temps j’avais annulé une chambre et changé le nom de l’occupant de la deuxième sans difficulté. En effet, la participante inscrite à la randonnée avait annulé en dernière minute pour la raison qu’elle était la seule participante inscrite.
Par contre le système n’avait pas pu supprimer la troisième nuit et donc j’avais directement écrit à l’hôtel.

Un problème d’annulation

Je sortais donc d’une douche bienvenue après environ 25 km de marche lorsque le téléphone sonne. A l’autre bout du fil une représentante de hotels.com m’appelle au sujet de l’annulation de la 3e nuit. Commence une discussion où elle me met plusieurs fois en attente. Je décide de rejoindre la réception.

A ce moment-là je croise dans le couloir Adèle qui vient d’arriver. Elle est la personne qui occupe la seconde chambre que j’ai réservée.

Adèle a participé à plusieurs des colloques que j’ai organisés. Elle habite la banlieue d’ Edimbourg depuis 10 ans et possède un diplôme de traductrice anglais-français.
Voyant que la discussion s’embrouille avec mon interlocutrice qui semble avoir des difficultés extrême pour annuler cette troisième nuit, elle me demande si elle peut reprendre la conversation.

Un dialogue de sourds

Nous rejoignons la réception et appelons le réceptionniste qui reprend la conversation.
Commence alors une scène digne d’une comédie entre la centrale de réservation, l’hôtel et Adèle.
Un exemple :
Nous à l’interlocutrice :  « Si le système ne peut annuler la 3e nuit, peut-être qu’en annulant la réservation entière et en refaisant une réservation pour deux nuits à nos deux noms cela résoudrait le problème »
L’interlocutrice : « Oui, mais l’hôtel est complet et si j’annule votre réservation vous risquez que quelqu’un d’autre réserve entre-temps. »
Nous : « Ben non ! On vous a dit qu’on était sur place et qu’on occupait déjà nos chambres ! Où est donc le problème ? »
L’interlocutrice : « Attendez, je vais voir… Je vous mets en attente. Je rappelle l’hôtel ! » (Je rappelle que nous sommes à la réception, devant la directrice de l’hôtel, le réceptionniste ayant finalement abandonné la conduite de la discussion à sa patronne).

Au bout d’une heure de carrousel téléphonique l’annulation et la re-réservation sont effectués, et selon Adèle, a un tarif plus intéressant même que le tarif originel. Nous payons nos chambres directement à l’hôtel.

Nous avons finalement eu l’impression que notre interlocutrice chez Hotels.com était un peu dépassée par le problème, pourtant simple dans son énoncé, peut-être était-elle une débutante, de là les nombreuses mises en attente et le carrousel téléphonique. Maintenant il me restera à vérifier si l’annulation a bien été effectuée chez Hotels.com.

Après cette aventure téléphonique, nous allons rejoindre les autres participants au w-e pour un dîner (souper) au Fiddler’s, un pub à 300 mètre de l’hôtel. Nous sommes une dizaine de personnes.

Dehors, il recommence à pleuvoir…

Demain si le temps n’est pas trop mauvais Gordon nous amènera visiter le château d’Urquhart puis nous ferons une balade sur le loch, sinon nous irons visiter le Nessie Land, un attrape-touriste qui n’a rien à voir avec le Loch Ness Centre & Exhibition..

(A suivre)

 

 

Ce contenu a été publié dans Activités, Crypto-safari, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.