Meilleurs voeux pour 2021 !

Meilleurs voeux pour 2021, est un souhait qui a encore plus de sens en cette fin d’ année 2020, année qui restera dans les mémoires mais pas pour ce qu’elle nous a apporté de bonheur et de satisfactions.
Du côté de la Planète Crypto, nous avons perdu en février notre collègue et ami Paul LeBlond à l’âge de 81 ans.
Pour notre part nous connaissions Paul depuis près de 25 ans. C’est un ami et un collègue jovial et chaleureux qui s’en est allé. Il ne nous laissera que des bons souvenirs.

Mais à côté de des mauvaises nouvelles, il y en a quelques bonnes malgré tout.

De nouvelles espèces

Ainsi on a eu malgré tout notre lot de nouvelles découvertes.

Dans l’Arunachal Pradesh en Inde, des scientifiques ont identifié une nouvelle espèce de crotale.

Des analyses génétiques ont montré qu’ il existait deux espèces de tortue différentes du genre Chelus.

Une nouvelle espèce de singe, forte de quelques centaines de spécimens seulement, a été découverte en Birmanie en novembre, le Popa langur.

Et sans doute d’autres espèces dont la découverte ne nous est pas parvenue…

Des retours aussi

Cette année a aussi permis voir le retour d’espèces que l’on croyait disparues : c’est le cas d’une famille d’abeilles bleues, aperçues en Floride ; de la musaraigne-éléphant, qui a montré le bout de son museau en Afrique de l’Est, après un demi-siècle d’absence ; du chien chanteur de Nouvelle-Guinée.
En Arménie, retour d’une espèce rare de félin le Manul ou chat de Pallas 100 ans après sa disparition du territoire arménien.
En Belgique, le loup est lui bien revenu parmi nous et 8 animaux différents ont été observés en Wallonie depuis 2018.
Plus étonnant, un lynx a été aperçu cette année en Wallonie ; reste à voir si la présence de l’animal signifie le retour durable de cette espèce dans nos contrées.

Le retour ou le développement d’une espèce menacée est souvent le signe que son habitat se porte mieux. Le retour des animaux sauvages observés dans les pays du Sud et de l’Ouest s’explique notamment par les initiatives en matière de conservation et de protection des habitats naturels et par les efforts pour juguler et diminuer l’activité des chasseurs.

Des observations inhabituelles

Le 11 décembre dernier, une baleine à bosse, un animal tout proche de l’extinction dans les années 50 (il ne restait alors que 450 spécimens dans l’océan) a été photographié dans la baie de New York : la population de cette espèce serait maintenant de 25.000. Une baleine à bosse a même récemment été observée au large de la Côte belge, a rapporté l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique (IRSNB).

Espérons maintenant que cette année 2021, nous apportera son lot de bonnes nouvelles et nous fera oublier 2020.

Bonnes fêtes à tous

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.