Quoi de neuf sur la Planète Crypto : mouffette, scinque, orque, boa

Il y a quelques temps que vous n’avez plus reçu de nouvelles de la Planète Crypto. Ce n’est pas parce qu’il n’y en avait pas, mais nous avons été occupé autre part : nous allons tenter de rattraper ce retard…Voici une première fournée :

Des chercheurs espagnols à la recherche du scinque de Fès

Des chercheurs espagnols à la recherche du scinque de Fès

Des chercheurs de l’association Faunatura de Murcie veulent vérifier si le scinque de Fès, ce reptile rare, survit encore ou est déjà mort. Dans ce sens, ils prévoient de mener du 10 au 17 octobre 2021, une expédition dans le nord du Maroc.

Depuis sa découverte en 1930 par l’entomologiste autrichien, Richard Ebner, le scinque de Fès (« Chalcides ebneri ») a été vu pour la dernière fois en 1970. Depuis lors, aucune nouvelle de ce reptile mystérieux d’à peine vingt centimètres de long. Est-il déjà mort ou survit-il encore dans la chaîne du Rif ? C’est à cette question qu’a décidé de répondre un groupe de chercheurs de Murcie en prévoyant d’aller à la recherche de cet animal considéré par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) comme une espèce menacée et en voie de disparition.

(Pour retrouver l’article entier : www.bladi.net )

Une nouvelle espèce de lézard ressemblant à un dragon découverte dans les Andes

Une Nouvelle Espèce De Lézard Ressemblant à Un Dragon DécouverteDans la région centrale du Pérou, plus précisément dans le bassin de la rivière Huallaga, il existe une grande variété d’écosystèmes, comme l’écorégion péruvienne de Yunga, qui abrite des oiseaux, des mammifères, des amphibiens et une diversité de reptiles. À cet endroit, une nouvelle espèce de lézard, l’Enyalioides feiruzae, a été récemment identifiée.

L’espèce a été décrite dans une enquête menée par l’herpétologue Pablo J. Venegas, associé de l’Institut péruvien des neurosciences, publiée dans la revue scientifique Evolutionary Systematics. Selon les chercheurs, il a fallu sept ans de recherche sur le terrain pour terminer l’étude sur l’animal.

Appelés iguanes de Feiruz, ces animaux ont une variété impressionnante de couleurs, en particulier les mâles, qui peuvent avoir un dos turquoise, gris ou brun verdâtre dessiné avec des lignes claires.
(Pour retrouver l’article entier : Netcost-Security)

La famille des moufettes aux odeurs nauséabondes vient de s’agrandir

Selon de nouvelles recherches s’appuyant sur des centaines d’échantillons d’ADN, il existe en réalité plus d’espèces de moufettes qu’on le ne pensait. Comme les putois, ces animaux projettent un liquide malodorant en cas de danger. Et généralement, elles vous préviennent en faisant le poirier.
Dans le cadre d’une étude, dont les résultats sont publiés dans la revue Molecular Phylogenetics and Evolution, une équipe a examiné plus de deux-cents échantillons d’ADN prélevés sur des mouffettes tachetées, du Canada jusqu’au Costa Rica. Selon ces analyses, dirigées par Molly McDonough, phylogénomique à l’Université d’État de Chicago, il y aurait en réalité sept espèces.

(Pour retrouver l’article entier : Sciencepost.fr)

Une nouvelle espèce de boa découverte en République dominicaine

Pour la première fois depuis 133 ans, les chercheurs ont découvert une nouvelle espèce de boa en République dominicaine. Surnommé boa de vigne d’Hispaniola ou vineboa d’Hispaniola (Chilabothrus ampelophis), l’animal a de grands yeux, un museau carré et des motifs en zigzag. Il a été découvert dans les forêts sèches montagneuses d’une île des Caraïbes appelée Hispaniola.
Une nouvelle espèce de boa a été découverte en République dominicaine par le naturaliste Miguel Landestoy de l’université autonome de Saint-Domingue en République dominicaine et ses collègues.
Ce boa nouvellement découvert fait probablement partie des plus petits boas du monde. Généralement, un boa adulte mesure environ 2 mètres de longueur. En revanche, l’Hispaniola adulte le plus long trouvé par les chercheurs mesurait moins d’un mètre. Le plus petit mesurait quant à lui moins d’un demi-mètre de long.

(Pour retrouver l’article entier : Daily Geek Show)

Le bandicoot rayé de l’Est n’est plus considéré comme éteint !

Un bandicoot rayé de l'Est. © JJ Harrison, Wikimedia, CC by-sa 3.0C‘est une bonne nouvelle pour la biodiversité. Pour la première fois en Australie, une espèce considérée comme éteinte à l’état sauvage a changé de statut. Le bandicoot rayé de l’Est, ou péramèle, est passé « d’éteint » à « en danger » dans les plaines de sud-ouest de l’état de Victoria. Autrefois, le marsupial nocturne était fréquent dans la région. L’animal solitaire qui se nourrit de vers de terre a été décimé par les renards et les chats et la disparition de leur habitat. Les mâles et les femelles ne se rencontrent que durant la période de reproduction. Les petits naissent après 11 jours de gestation et restent ensuite huit semaines dans la poche marsupiale.

(Pour retrouver l’article : futura-sciences)

Une nouvelle espèce de lézard découverte au Pérou à 4 500 mètres d’altitude

Photo non datée diffusée par le Service national péruvien des zones naturelles protégées par l'État (SERNANP) le 28 septembre 2021, d'un Liolaemus Warjantay, une nouvelle espèce de lézard découverte dans la réserve de Cotahuasi, à Arequipa, Pérou. La nouvelle espèce appartient au genre Liolaemus, caractérisé pour avoir l'une des plus grandes diversités de lézards connus, plus de 280 espèces différentes, qui habitent une grande partie de la surface de l'Amérique du Sud et ont la capacité de s'adapter à une extraordinaire variété d'habitats. SERNANP / AFP

Photo non datée diffusée par le Service national péruvien des zones naturelles protégées par l’État (SERNANP) le 28 septembre 2021, d’un Liolaemus Warjantay, une nouvelle espèce de lézard découverte dans la réserve de Cotahuasi, à Arequipa, Pérou. La nouvelle espèce appartient au genre Liolaemus, caractérisé pour avoir l’une des plus grandes diversités de lézards connus, plus de 280 espèces différentes, qui habitent une grande partie de la surface de l’Amérique du Sud et ont la capacité de s’adapter à une extraordinaire variété d’habitats. SERNANP / AFP

Des scientifiques ont découvert une nouvelle espèce de lézard au Pérou, a annoncé mardi l’agence nationale de conservation.

La nouvelle espèce, appelée Liolaemus warjantay, a été trouvée dans les Andes péruviennes à une altitude de 4 500 mètres (14 700 pieds), selon un communiqué du Service national des zones naturelles protégées par l’État.

Etats-Unis : une nouvelle espèce d’orque a été découverte sur la côte ouest

C‘est en analysant plus de 100 000 clichés d’orques pris sur la côte ouest des Etats-Unis que des chercheurs de l’University of British Columbia, au Canada, sont parvenus à identifier un nouveau groupe au sein de cette famille de mammifères.

Cette nouvelle population, qui était jusque-là passée sous les radars, s’attaque à de grands mammifères marins comme des baleineaux gris, des éléphants de mer ou encore des dauphins. En tout, les chercheurs estiment que quelque 155 individus de cette nouvelle espèce ont été repérés près des côtes de l’Oregon et jusqu’au milieu de la Californie, dont 26 au large de l’île de Vancouver, entre 2006 et 2019.
Parmi les particularités qui permettent de différencier cette nouvelle espèce de leurs cousins : un cri plus aigu et plus de temps passé le long du plateau continental au large de la Californie.

(Pour retrouver l’article entier : geo.fr)

(A suivre )

Ce contenu a été publié dans Brèves, Brèves 2021, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.