Quoi de neuf sur la Planète Crypto : nouvelle espèce de salamandre géante découverte en Floride

En lisant ce matin un article concernant la découverte de la nouvelle salamandre géante dont je vous parlais hier (nous y reviendrons dans un prochain article) j’ai trouvé un article sur le site du National Geographic sur la découverte fin 2018 d’une autre salamandre géante, cette fois aux Etats-unis.

Siren reticulata Graham, Kline, Steen, and Kelehear, 2018

Siren reticulata Graham, Kline, Steen, and Kelehear, 2018

On peut apparemment classer cette découverte dans le dossier des Victoires de la Cryptozoologie, puisque des rumeurs de son existence ont précédé sa découverte.

Des scientifiques ont découvert une espèce de salamandre de deux pieds de long en Floride et en Alabama qui présente les taches d’un léopard et le corps d’une anguille.

Depuis des décennies, on murmure qu’une créature portant les taches d’un léopard et le corps d’une anguille se cache dans les marais de la Floride et de l’Alabama. La rumeur disait que l’animal était aussi long que le bras d’un homme, avec une peau brillante et grise, et des volants de chaque côté de son visage.

Aujourd’hui, les scientifiques lui ont donné un nom: la sirène réticulée.

«C’était fondamentalement cette bête mythique», déclare David Steen, écologiste de la faune au Georgia Sea Turtle Center et co-auteur d’un article décrivant officiellement la nouvelle espèce publiée le 5 décembre 2018 dans la revue PLOS ONE. De manière informelle, les gens l’appellent l’anguille léopard, bien qu’il ne s’agisse clairement pas d’une anguille (ni de gros chat).

Les sirènes font partie des plus grandes salamandres du monde – et cette espèce, également connue scientifiquement sous le nom de Siren reticulata, peut atteindre deux mètres de long. Comme d’autres membres de la famille des Sirenidae, ces créatures sont complètement aquatiques, explique Steen.

Contrairement à la plupart des salamandres, les sirènes ont perdu leurs membres postérieurs au cours de millions d’années d’évolution. Ils portent leurs branchies à l’extérieur, qui absorbent l’oxygène de l’eau dans les écosystèmes troubles qu’ils habitent. Les sirènes manquent également de paupières et portent un minuscule bec corné au lieu de dents.

La nouvelle espèce est l’une des plus grandes créatures à avoir été décrite aux États-Unis depuis plus de 100 ans. Et cela aurait pu durer plus longtemps. Steen dit qu’il a fallu environ cinq ans de recherche dans les étangs et les voies navigables dans le panhandle de Floride avant de pouvoir rassembler suffisamment de spécimens pour décrire l’espèce.

(Pour lire l’article en entier (en anglais) : National Geographic )

Ce contenu a été publié dans Brèves, Brêves 2019, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.