Quoi de neuf sur la Planète Crypto : Le tigre de Tasmanie aurait été aperçu en Tasmanie

J‘ai trouvé un article sur le site le Démotivateur (pourquoi ce nom ?), par Emmanuel P. , concernant la survivance possible du Thylacine ou Tigre/Loup de Tasmanie, en Tasmanie :
Ce mammifère, également appelé thylacine, aurait été aperçu à plusieurs reprises ces derniers mois. Alors qu’on le croyait disparu après que le dernier spécimen connu est mort en captivité en 1936. Continuer la lecture

Publié dans Brêves 2019 | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Quoi de neuf sur la Planète Crypto : A peine découverte, cette nouvelle espèce des singe pourrait déjà s’éteindre en raison des incendies en Amazonie

Découvert il y a seulement quelques semaines, le ouistiti Mico munduruku pourrait bien s’éteindre en raison des incendies historiques ayant frappé la forêt amazonienne.

Dorsal and ventral views of Mico munduruku sp. n.

igure 1: Vue dorsale et ventrale du Mico munduruku sp. n. (A) Holotype (MPEG 45560); (B) paratype (MPEG 45622).

Continuer la lecture

Publié dans Brêves 2019 | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Quoi de neuf sur la Planète Crypto : Un chasseur dit avoir filmé un Bigfoot

Nous ne sommes pas enclins normalement à publier les vidéos qui prétendent représenter un Bigfoot : ce sont en effet presque toujours des canulars avérés ou du moins l’authenticité de ces images est douteuse.

Nous faisons cependant une exception aujourd’hui pour cette vidéo prise avec son smartphone par un chasseur qui affirme avoir filmé un Bigfoot dans la vaste zone du Mississippi aux Etats-Unis.

Pourquoi ? Continuer la lecture

Publié dans Brèves, Brêves 2019 | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Quoi de neuf sur la Planète Crypto : Naya ne serait plus

Naya photographiée en novembre 2018.

Naya photographiée en novembre 2018. © Natuurpunt

Selon le site d’information 7 sur 7 la louve Naya, qui était enceinte lors de sa dernière apparition en février-mars 2019, n’a plus été aperçue depuis le mois de mai dans le nord du Limbourg belge. Continuer la lecture

Publié dans Brèves, Brêves 2019 | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Crypto-culture : «Abominable»: l’adorable homme des neiges et une conférence sur le Mokélé Mbêmbé

Il faut croire que les dessins animés mettant en scène des Bigfoots et des Yétis (Bigfoot Junior et Yéti & Compagnie) ont la côte depuis quelques temps.

«Abominable»: l’adorable homme des neiges

Après le succès stupéfiant de la trilogie des How to Train Your Dragons, les studios Dreamworks espèrent de nouveau conquérir le coeur des petits avec une nouvelle créature tirée des confins des légendes : le yéti, cet abominable (et ici très attachant) homme des neiges qui teinte l’imaginaire des Népalais et des Tibétains depuis plusieurs siècles. Continuer la lecture

Publié dans Brèves, Brêves 2019 | Marqué avec | Laisser un commentaire

Dans le sillage du Monstre du Loch Ness (3e partie)

Dans les épisode précédents vous avez découvert les événements que j’avais vécus sur le Great Glen Way entre mon voyage vers Inverness et l’arrivée à Drumnadrochit qui mettait fin à cette randonnée de deux jours sous la pluie, le vent et la brume.
Le w-e aura un autre aspect bien sûr.

La soirée du vendredi

Au Fiddler’s j’étais curieux de voir si la qualité des plats s’était améliorée et si mon expérience au Royal Highlands Hotel et au Glenmoriston Arms Hotel continueraient à se confirmer.

Carbonnades flamandes

Je commande un plat de gibier du tableau des propositions du jour et une pinte de bière écossaise. Le plat ressemble à nos carbonnades (ou carbonades) flamandes, une recette traditionnelle belge. Adèle fait de même.
La soirée se poursuit à discuter avec les collègues écossais. J’avoue que j’ai parfois un peu de mal à suivre la conversation dans le brouhaha du pub.

Une fois rentrés à l’hôtel, à pied et sous la pluie, Adèle et moi terminons la soirée au pub autour d’une bière et d’un whisky (le whisky est pour Adèle), puis nous regagnons nos chambres respectives. Adèle me dit que Gordon prévoit une visite du château d’Urquhart s’il ne pleut pas trop sinon ce sera la visite du Nessie Land.

J’ai mis un T-shirt et mon sweat-shirt à sécher sur le radiateur après les avoir brièvement lavés. J’espère qu’ils seront secs demain matin. De toute façon il faudra que je m’achète un second sweat demain car s’il pleut comme cette nuit je risque d’en avoir besoin.

En entendant la pluie qui tambourine sur le toit du pub, j’ai une pensée pour ma « compagne de randonnée » et compatriote Maria qui passera la nuit sous tente au camping voisin.

J’aurai bien mérité ma nuit dans mon immense chambre de 3 lits (un double et 2 simples).

Le château d’Urquhart

Au petit-déjeuner copieux, Adèle m’annonce que Gordon a décidé de nous amener visiter le château d’Urquhart malgré la pluie qui tombe comme vache qui pisse.

Et nous voilà partis, à pied, pour les deux kilomètres qui nous séparent du château !
Et je me rends compte trop tard que j’ai oublié mon caméscope et cela m’ennuie beaucoup.

Image illustrative de l’article Château d'Urquhart

Photo de Sam Fentress, sous licence Creative Commons

Au château, il y a plus de visiteurs que je ne l’aurais cru, même si ce n’est pas la foule. Les choses ont bien changé depuis les premières fois où je suis allé dans les Highlands. A l’époque on pouvait encore avoir accès librement au château.

La visite commence par une brève projection de 9 min sur l’Histoire du château. Puis nous pénétrons dans les ruines de la forteresse. Heureusement que nous pouvons de temps en temps nous abriter de la pluie, notamment dans le donjon qui donne une vue imprenable sur la baie d’Urquhart.

Après la visite nous revenons vers Drumnadrochit. Je plains les membres du personnel qui gère le trafic sur le parking lors des jours de pluie comme celui-ci et où ils n’ont qu’un parapluie pour se protéger des éléments.

Nous allons dîner (déjeuner) dans un établissement voisin du Fiddler’s. Pour moi ce sera un fish and chips et une bière écossaise.

A 14h00 nous avons rendez-vous avec le Castle Cruises Loch Ness pour une croisière d’une sur le loch. Le Dr. Charles Paxton qui a participé à plusieurs de nos colloques vient nous rejoindre.

La balade sur le Loch Ness

Nous embarquons sur un petit bateau, loin des embarcations luxueuses à touristes. Nous faisons en gros le tour de la baie d’Urquhart sous la pluie mais protégés par un auvent et des vitres en plexiglas.

Gordon, le patron du bateau se rend compte qu’il n’a pas affaire à de simples touristes ignorants de la question.

Le Monstre du Loch Ness (Photo A. David)

Le Monstre du Loch Ness (Photo A. DAVID) 

Nous apercevons même le Monstre. Tête-cou-bosses : tout y est ! Et il se déplace également. Nous le prenons en photo (voir la photo ci-contre. Mais en fait est-ce bien Nessie ? Qu’en pensez-vous? Donnez-moi votre avis.

La balade terminée, nous visitons le Loch Ness Centre and Exhibition. Rien de neuf pour moi car j’ai déjà visité l’exposition au moins 4 fois. A la sortie, j’achète un sweat-shirt dans la boutique.

Il est maintenant temps de rentrer à l’hôtel pour nous préparer pour la soirée. Une douche sera la bienvenue.

La soirée au Clansman Hotel

La navette du Clansman Hotel vient nous chercher sur le parking du Loch Ness Centre.

L’hôtel est un bel hôtel luxueux. Je suis souvent passé devant mais c’est la première fois que j’y entre.

https://www.facebook.com/pg/LochNessClansmanHotel/photos/?ref=page_internal

Vue du loch (Photo X)

Nous nous installons à la table qui nous a été réservée devant l’immense baie vitrée d’où on a une vue imprenable sur le lac.

Le soleil est d’ailleurs en train de se coucher.

Comme les soirs précédents le plat est à la hauteur.

A la fin du repas Adrian Shine, LE spécialiste du lac et de son monstre, vient passer une heure à notre table. Dans un débat amicale qui s’engagera avec Roland Watson, auteur et fervent partisan de l’existence du monstre en tant qu’espèce inconnue, Adrian tentera, avec l’aide de Charles Paxton, de lui démontrer que la théorie d’une espèce inconnue de monstre aquatique dans le Loch Ness ne tient plus scientifiquement aujourd’hui.

Retour à Inverness et voyage vers Edimbourg

Adèle et moi reprenons le bus pour Inverness vers 11h du matin.

Arrivés à Inverness je veux lui montrer l’hôtel où j’ai passé ma première nuit, surtout qu’il se trouve juste à l’entrée de la gare où nous devrons prendre le train pour Edimbourg. Nous décidons d’y prendre notre repas de midi.

A la sortie de l’hôtel et avant de pénétrer dans la gare, j’attrape subitement le bras d’Adèle : « Tu sais ce qu’on a oublié ? Nos sacs de voyage !!! »
En effet, dans le restaurant nous avons laissé nos sacs dans un coin et en le quittant…nous les avons oubliés !

Après la récupération des dits-sacs nous rejoignons notre train.

Trois heures et demi de voyage qui vont passer rapidement. Adèle me conseille de descendre à Edinburgh Gateway et de prendre ensuite le tram qui m’amènera deux arrêts plus loin à l’aéroport. Adèle, elle, descend plus loin.

L’hôtel que j’y ai réservé se trouve à quelques centaines de mètres de l’aéroport. Je trouve le marquage insuffisant pour y accéder et je dois chercher un peu et me renseigner auprès d’un employé de l’aéroport que je croise.

On arrive dans un grand hall peu sympathique et digne d’un hall de gare. Il sert à la fois de réception et de bar/restaurant.

La chambre est agréable et l’écran de télévision géant. Par contre le resto n’a rien d’engageant. Je commande une omelette et une bière : rien d’exceptionnel.

Demain je prendrai l’avion pour Charleroi en début d’après-midi. Le retour chez moi se fera sans problème.

Ainsi se termine cette excursion de 6 jours dans les Highlands d’Ecosse et le Loch Ness.

Publié dans Brèves, Brêves 2019 | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Quoi de neuf sur la Planète Crypto : nouvelle espèce de salamandre géante découverte en Floride

En lisant ce matin un article concernant la découverte de la nouvelle salamandre géante dont je vous parlais hier (nous y reviendrons dans un prochain article) j’ai trouvé un article sur le site du National Geographic sur la découverte fin 2018 d’une autre salamandre géante, cette fois aux Etats-unis.

Siren reticulata Graham, Kline, Steen, and Kelehear, 2018

Siren reticulata Graham, Kline, Steen, and Kelehear, 2018

On peut apparemment classer cette découverte dans le dossier des Victoires de la Cryptozoologie, puisque des rumeurs de son existence ont précédé sa découverte. Continuer la lecture

Publié dans Brèves, Brêves 2019 | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Quoi de neuf sur la Planète Crypto : une découverte incroyable et un cadavre

Une découverte incroyable a été faite au zoo de Londres relate le site d’information News 24 , information reprise d’un article de The Telegraph . Et pourtant…

Le zoo de Londres découvre le plus grand amphibien du monde, qu’il a exposé sans le savoir pendant 20 ans.

A new species of giant salamander - possibly the largest amphibian in the world - has been identified from a dead specimen that has been on display at the Natural History Museum for 74 years.La salamandre qui a vécu au zoo de Londres pendant 20 ans s’est avérée être une nouvelle espèce qui pourrait être le plus grand amphibien du monde. Continuer la lecture

Publié dans Brèves, Brêves 2019 | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Quoi de neuf sur la Planète Crypto : les résultats des prélèvements ADN au Loch Ness disponibles

Vue du Loch Ness (Photo Adèle David, 2019)

Vue du Loch Ness (Photo Adèle David, 2019)

Les résultats complets de l’analyse de l’ADN environnemental au Loch Ness sont disponibles (en anglais)… Continuer la lecture

Publié dans Brèves, Brêves 2019 | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Quoi de neuf sur la Planète Crypto : 2 nouvelles anguilles électriques

Les rivières d’Amérique du Sud abritent au moins trois espèces différentes d’anguilles électriques, y compris une espèce (Electrophorus voltaï) capable de générer une décharge électrique plus importante que tout autre animal connu. Ici, une anguille de l'espèce Electrophorus varii. © D. Bastos, Muséum d’histoire naturelle Smithsonian

Les rivières d’Amérique du Sud abritent au moins trois espèces différentes d’anguilles électriques, y compris une espèce (Electrophorus voltaï) capable de générer une décharge électrique plus importante que tout autre animal connu. Ici, une anguille de l’espèce Electrophorus varii. © D. Bastos, Muséum d’histoire naturelle Smithsonian

Deux nouvelles espèces d’anguilles électriques ont été découvertes dans les eaux douces amazoniennes, annonce RTL ainsi que d’autres médias (Futura Planète. Paris Match, …) Continuer la lecture

Publié dans Brèves, Brêves 2019 | Marqué avec , , | Laisser un commentaire